L'ancien premier ministre britannique Gordon Brown demande 78 000 euros par discours, maigre pitance par rapport à son prédécesseur Tony Blair, le mieux payé au monde avec des cachets qui peuvent aller jusqu'à plus de 400 000 euros, selon la presse britannique.

Mis à jour le 19 août 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

Gordon Brown, le taciturne Ecossais qui n'a pas le charisme parmi ses qualités les plus évidentes, a demandé à une agence londonienne spécialisée de sonder des clients potentiels au Moyen-Orient et en Asie pour des interventions à propos du livre qu'il est en train de finaliser et qui portera sur la crise économique, indique le magazine The Spectator (droite).

La somme est largement inférieure à ce que Tony Blair, réputé pour ses talents médiatiques, reçoit par intervention. L'ancien premier ministre, qui avait précédé Gordon Brown, n'est pas rémunéré pour sa mission en tant qu'émissaire du Quartette pour le Proche-Orient mais il aurait reçu jusqu'à 400 000 livres pour deux discours donnés aux Philippines, selon les médias.

Il a cependant assuré qu'il reverserait la totalité des bénéfices de ses mémoires, en vente à partir du 1er septembre, à un centre de rééducation pour soldats blessés, notamment les 4,6 millions de livres (5,61 millions d'euros) reçues à titre d'avance.

Pourtant, le cachet relativement maigre demandé par Gordon Brown pourrait déjà être trop prétentieux. «Je suis surpris que quelqu'un veuille lui donner autant», a indiqué au Telegraph le responsable d'un bureau londonien spécialisé dans ce genre d'interventions.

M. Brown, très sèchement battu par la droite conservatrice aux législatives de mai dernier, demande que lui soit également accordé une chambre dans un hôtel cinq étoiles, un billet d'avion en première classe et trois business class pour sa suite. Son épouse Sarah peut être «louée» pour 16 000 euros afin de décerner un prix lors de cérémonies officielles, précise le Spectator

.