L’hiver, aussi imprévisible soit-il, semble bien installé. Et avec les grands froids viennent des envies de vins plus robustes. En voici deux qui accompagneront avec bonheur une cuisine plus hivernale, ainsi qu’un gamay de soif pour se titiller les papilles à l’apéro.

Véronique Rivest Véronique Rivest
Sommelière, collaboratrice invitée

Un grand frère solide et gourmand

Je vous avais recommandé son petit frère en novembre. Celui-ci, issu des mêmes vieilles vignes de mourvèdre non greffées et cultivées en altitude, passe six mois en barriques, ce qui lui donne un peu plus d’ampleur. Toujours très fruité et appétissant, avec des notes de fruits noirs mûrs, et à l’eau-de-vie, avec une pointe florale. La bouche, caressante, est une explosion de fruits noirs, mais le vin reste très sec avec des notes d’épices et de terre noire qui apportent relief et complexité. Solide et gourmand à la fois, avec de légers tanins et, comme pour son petit frère, une impression de pureté. À déguster avec des viandes braisées, des ailes de poulet ou des côtes levées.

Garde : à boire

Altamente Volalto Jumilla 2018, 18,30 $ (14265755), 14,5 %, bio.

> Consultez la fiche de la SAQ : https://www.saq.com/page/fr/saqcom/vin-rouge/altamente-vinos-volalto-jumilla-2018/14265755

Un délice qui s’envole vite

PHOTO FOURNIE PAR LA SAQ

Bernard et Benoit Landron Coteaux d’Ancenis 2018

Délicieux gamay, juteux et croquant, issu d’une appellation méconnue du pays nantais. Il a tout le caractère gourmand du cépage, avec une avalanche de petits fruits rouges, et quelques notes poivrées. Une légère réduction à l’ouverture — des notes un peu animales — se dissipe après une heure d’ouverture ou un passage en carafe. Soyeux en bouche, avec du grain, de l’éclat et de la vitalité. Un vrai délice, mais qui ne fera pas long feu. Les bouteilles offertes sur le site de la SAQ la semaine dernière se sont envolées en un clin d’œil. Il est en succursales depuis le 30 janvier. J’espère qu’il en restera encore au moment de cette publication ! Charcuteries, poulet rôti et salade de betteraves au chèvre frais le rendent encore meilleur.

Garde : de 1 à 2 ans

Bernard et Benoit Landron Coteaux d’Ancenis 2018, 19,45 $ (14172612), 12,5 %, bio.

> Consultez la fiche de la SAQ : https://www.saq.com/page/fr/saqcom/vin-rouge/bernard-et-benoit-landron-coteaux-dancenis-esprit-detente-2018/14172612

Sombre et sauvage

PHOTO FOURNIE PAR LA SAQ

Pierre Gaillard Domaine Cottebrune Transhumance Faugères 2016

Le Languedoc est une des régions les plus dynamiques de France en ce moment, et source de superbes vins de terroir, à prix avantageux. L’appellation Faugères jouit de conditions très particulières, dont des sols de schistes qui donnent des vins puissants et frais à la fois, empreints de minéralité. Syrah et grenache surtout, avec un peu de mourvèdre, donnent ici un vin puissant, aux accents de fruit noir très mûr, de terre noire, de garrigue, de cuir, de roche. Un caractère sombre et sauvage, avec des tanins fermes et une finale presque sanguine. Il profitera d’un passage en carafe et sera encore meilleur après quelques années de bouteille. Un véritable vin d’hiver pour une cuisine roborative.

Garde : de 6 à 8 ans

Pierre Gaillard Domaine Cottebrune Transhumance Faugères 2016, 25,25 $ (10507307), 13,5 %.

> Consultez la fiche de la SAQ : https://www.saq.com/page/fr/saqcom/vin-rouge/pierre-gaillard-transhumance-2016/10507307