Nombreux sont ceux qui croient encore à un lien étroit entre taux d’alcool et qualité. Il n’y en a pas ! La teneur en alcool d’un vin n’a pas plus à voir avec sa qualité que sa couleur. L’alcool n’est qu’un des nombreux composants du vin et, plus que tout, c’est l’équilibre de tous ces éléments qui importe. Un vin puissant peut faire preuve d’équilibre si l’alcool est bien intégré et que la fraîcheur est au rendez-vous. Tout comme un vin faible en alcool peut aussi faire preuve de matière et de complexité.

Véronique Rivest
Véronique Rivest Sommelière, collaboratrice invitée

L’excellence du xérès

PHOTO FOURNIE PAR LA SAQ

La Guita Manzanilla

On ne cesse de faire l’éloge du xérès, mais on continue d’en consommer très peu. Pourtant, ces vins andalous offrent un dépaysement garanti et un rapport qualité-prix exceptionnel. Si ces vins, si complexes et compliqués à produire, étaient d’une région plus prestigieuse, ils coûteraient beaucoup plus cher. La manzanilla est un xérès très pâle et archi-sec. Élaborée en bord de mer à Sanlucar de Barrameda, elle est empreinte d’une salinité qui rehausse ses saveurs de pomme verte, d’olive et d’amande. Apéritif par excellence, elle n’a pas d’égal pour accompagner des olives vertes, farcies ou non, des amandes salées, des fromages frais ou de brebis, du jamón. Pour se laisser transporter sous le soleil de l’Espagne !

Garde : à boire

La Guita Manzanilla, 18,35 $ (13454626), 15 %

Léger et sérieux

PHOTO FOURNIE PAR LA SAQ

Silvio Messana Montesecondo Toscana 2018

Les vignes de Silvio Messana, cultivées en biodynamie depuis 2003, sont dans la région du Chianti Classico. Mais ses premiers vins se sont vu refuser l’appellation : son style épuré et ses méthodes peu interventionnistes sont à l’origine de vins qui ne correspondent pas toujours au « profil type ». Avec cette cuvée, il recherche un style de sangiovese frais et léger. Issu de jeunes vignes, vendangées plus tôt, ce vin ne voit que de la cuve de béton. Un nez affriolant de fruits rouges, avec des notes de sous-bois et d’herbes séchées, précède une bouche gourmande, à peine tannique. Léger et sérieux à la fois, juteux, mais avec de la matière et du grain. Un délice ! Avec des pâtes à la sauce tomate, des légumes verts/amers, des charcuteries.

Garde : de 2 à 3 ans

Silvio Messana Montesecondo Toscana 2018,
23,85 $ (13897574), 11,5 %

Voyage dans le temps

Parce qu’il fait encore froid et que ça fait du bien de se dorloter, rien de tel que la chaleur enveloppante et caressante d’un porto tawny. Des arômes de fruits secs, d’écorce d’orange, de noix et d’épices douces s’épanouissent dans une bouche soyeuse, aux saveurs crescendo, et se fondent dans une longue finale aux accents de caramel. Embouteillé en 2018, c’est un vin de presque 30 ans, qui vous transporte dans le temps. Délicieux seul, comme vin de méditation, avec des noix caramélisées, ou des desserts qui mettent en vedette le caramel, les noix, les marrons. Servir légèrement rafraîchi. Il se gardera plusieurs semaines au frigo, même s’il perdra de sa fraîcheur avec le temps.

Garde : n’évolue plus en bouteille

Feist Porto Colheita 1989,
59,50 $ (884080), 20 %