Les vins de riesling et les rosés souffrent encore de nombreux préjugés. Les premiers seraient toujours simples et sucrés et les seconds ne seraient pas des vins « sérieux ». J’affectionne tout particulièrement les rieslings, qui peuvent être d’une grande complexité, toniques, sans pareils pour rehausser les arômes à table. Et les rosés ? Lorsqu’ils sont bien faits, ils ont le potentiel d’être de grands vins de gastronomie.

Véronique Rivest Véronique Rivest
Collaboration spéciale

Un coup de cœur québécois

Une dégustation récente d’une quarantaine de vins du Québec a de nouveau démontré les pas de géant faits par les vignerons d’ici. Le niveau moyen de qualité était élevé et les très bonnes surprises, nombreuses. Celui-ci était un de mes coups de cœur.

Un vin blanc sec et très frais, aux arômes délicats de pomme verte et d’agrumes. Mais c’est surtout la bouche qui impressionne, avec de la matière et de la tenue qui m’ont presque rappelé un vin d’assyrtiko. Ce n’est pas peu dire !

Très réussi et tout à fait à l’image de ce que nous faisons de mieux au Québec. À déguster avec un ceviche ou un tartare de poisson.

Garde : de 3 à 5 ans

Domaine St-Jacques Riesling 2017, 21,85 $ (14029795), 12,5 %

Un rosé superbe

PHOTO FOURNIE PAR LA SAQ

Château La Martinette Rollier Côtes de Provence 2018

Autre coup de cœur pour ce rosé de Provence. Issu de vignes cultivées en bio et d’un assemblage de cépages provençaux (cinsault, syrah, grenache, tibouren et mourvèdre), il est d’une couleur très pâle et offre un joli nez, bien typé et tout en finesse, aux accents de pêche blanche, de garrigue, d’agrumes et d’écorce d’agrumes.

Et quelle bouche ! Du gras et de la puissance, équilibrés par une fraîcheur herbacée et une très légère amertume. Superbe tenue en bouche, avec une longue finale. La texture et la matière sont impressionnantes.

Un vin délicieux et complet, qui appelle la nourriture : petits farcis, tarte aux tomates, pissaladière, poisson grillé et ratatouille.

Garde : à boire

Château La Martinette Rollier Côtes de Provence 2018, 21,70 $ (13448699), 13,5 %

Un riesling sec à souhait

PHOTO FOURNIE PAR LA SAQ

Gustave Lorentz Évidence Riesling VV Alsace 2017

Chaque semaine, je dois encore expliquer à quelqu’un que tous les rieslings ne sont pas sucrés. Et parmi ceux qui le sont, beaucoup sont des vins exceptionnels, mais j’y reviendrai.

Ici, le vin est archisec. Si vous êtes amateur de vin de Chablis, de Sancerre, de Santorin, vous devriez l’essayer. De délicates notes qui rappellent le pétrole s’entremêlent à des arômes de pomme verte, de lime, de citron, de tilleul et d’acacia.

La bouche est d’une grande pureté, hyper fraîche et tendue. De la matière et de l’ampleur, beaucoup de tonus, un vin long et appétissant. Très, très beau riesling et grand vin de gastronomie : carpaccio de pétoncles au romarin, poisson grillé aux herbes.

Garde : de 8 à 10 ans

Gustave Lorentz Évidence Riesling VV Alsace 2017, 25 $ (14023713), bio, 13 %