Nul besoin du tout nouveau modèle de gril pour s’adonner aux joies du barbecue. Et si, cet été, on apprivoisait les flammes pour cuisiner, en laissant notre instinct nous guider ? C’est ce que propose Manon Lapierre dans son livre En feu !. La Presse lui a rendu visite pour en discuter près des flammes.

Iris Gagnon-Paradis
Iris Gagnon-Paradis La Presse

Ce n’est pas d’hier que Manon Lapierre se passionne pour la bouffe. Avec son blogue et sa chaîne YouTube La petite bette, qu’elle a lancés en 2015 avec son conjoint Lionel de Souich, celle qui travaillait auparavant en relations publiques présente ses recettes, astuces et escapades gourmandes à ses quelque 175 000 abonnés.

Connue notamment pour ses pains – qu’elle affectionne particulièrement et dont elle propose de multiples déclinaisons –, Manon Lapierre a développé ces dernières années une nouvelle flamme : l’amour du camping. Du « glamping », précise-t-elle, car le camping sauvage, c’est moins son truc. C’est dans sa mignonne roulotte Airstream qu’elle part à l’aventure avec sa famille.

C’est au cours de ces escapades qu’elle a commencé à créer des recettes à la fois simples, délicieuses et originales à déguster au grand air, que ce soit en camping, au chalet ou même dans sa cour. Car on peut sortir la foodie de sa cuisine, mais pas la cuisine de la foodie !

Bien sûr, le petit BBQ portatif au propane est fort pratique lorsque vient le temps de cuisiner en plein air. Mais il existe un allié encore plus précieux, et qui demeure bien souvent sous-exploité : le feu brut.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

La cuisson sur le feu offre mille et une possibilités !

Soyez honnête : quelle est la dernière fois où vous avez utilisé un feu de camp pour autre chose que griller des guimauves et des saucisses ? « J’ai vite réalisé, lorsque nous étions en camping, que les gens ne cuisinaient pas sur le feu ! Il est là, le feu, et c’est tellement rassembleur, pourquoi utiliser le poêle à gaz ? », se demande-t-elle.

Cuisine d’instinct

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Des aliments cuisinés sur le feu

Si Manon Lapierre s’est remise au camping il y a sept ans environ, elle se remémore y avoir été initiée jeune, avec ses parents. Et c’était sa mère, cuisinière hors pair, qui était la reine du barbecue, celle qui savait jouer avec le feu, à des lieues du préjugé encore fort répandu que la cuisson sur le gril est une question de testostérone.

Ma mère cuisinait sur le feu, dans le foyer au chalet… On avait un poêle à bois, un barbecue, elle faisait des méchouis, des paellas géantes ! J’ai vraiment été élevée là-dedans.

Manon Lapierre

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Manon Lapierre vient de publier En feu !, ouvrage rassemblant des recettes à cuisiner en plein air.

Ces dernières années, la blogueuse a donc conçu nombre de recettes qui utilisent la chaleur des flammes et la fumée du feu. Elle en présente beaucoup dans En feu !, récemment publié aux Éditions Cardinal. Un ouvrage qui se veut, au-delà du simple livre de recettes, un guide pour s’initier à la cuisine en plein air, avec des conseils et informations sur les sources et outils de cuisson, les façons d’organiser ses glacières et ses « kits » de cuisine, l’art de démarrer un feu et les essences de bois à privilégier, entre autres choses.

Avec ses créations gourmandes, la cuisinière s’amuse aussi à sortir des sentiers battus – comprendre steak et hamburger – et à intégrer des recettes de son cru, inspirées de son enfance ou de ses voyages, pour toutes les occasions, que ce soit le déjeuner, l’heure de l’apéro ou les soirées fraîches. Par exemple : truite au bacon et à l’oignon, raclette de feu de camp, cassoulet, chili verde d’Arizona ou encore pommes de terre ridées à la peau salée, une recette rapportée des îles Canaries.

Manon Lapierre expérimente ainsi avec différentes techniques de cuisson sur les flammes. « Toutes mes recettes peuvent aussi se faire sur un barbecue au propane. Mais le goût du bois, la fumée, ça ne se remplace pas. Il y a plein de techniques à explorer... Même moi, je ne suis qu’au début, on dirait ! », s’exclame-t-elle.

Et c’est justement ce côté pas trop encadré, qui laisse place à l’expression et à l’improvisation, qui l’enthousiasme : « Ce que je trouve beau, c’est que c’est une cuisine qui nous ramène à l’instinct. C’est presque méditatif. On cuisine sur le feu en tant qu’humain depuis toujours, mais on dirait qu’on s’est détachés un peu de ça. Et la beauté, c’est qu’on y a tous accès ; pas besoin d’un four à 10 000 $ ! », dit-elle en s’esclaffant.

IMAGE FOURNIE PAR LES ÉDITIONS CARDINAL

En feu !, de Manon Lapierre

En feu !
Manon Lapierre
Éditions Cardinal 352 pages

Apprivoiser les flammes

Vous brûlez d’envie d’essayer la cuisine sur le feu ? Voici une liste d’essentiels que suggère Manon Lapierre, qui vous permettra de réaliser plusieurs recettes de son livre.

Le bois

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Privilégiez le bois d’érable, parfait pour la cuisson sur le feu.

Dans votre cour ou au chalet, privilégiez le bois d’érable, parfait pour la cuisson sur le feu. Il est souvent interdit d’apporter son propre bois en camping, et le petit bois qu’on peut généralement se procurer dans les terrains de camping n’est pas le plus approprié pour cuisiner. Son conseil : traîner un sac de charbon de bois.

Une grille

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Une bonne grille : un incontournable pour cuisiner sur le feu.

Pas le choix : pour cuisiner directement sur le feu, la grille est un incontournable. Oui, c’est encombrant, mais c’est surtout très pratique. La grille se dépose sur le rond de feu de camp et on peut y cuire directement des aliments, ou alors y déposer des plaques ou poêles. Attention : Manon Lapierre a découvert dans ses recherches que certaines grilles sont plutôt décoratives, et leur peinture... toxique ! Informez-vous avant de faire votre achat.

La fonte et une pince

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Avec une poêle en fonte et une pince, vous pourrez aller loin.

« Tant qu’à trimbaler un paquet d’affaires légères qui ne font pas la job, apportez une poêle en fonte ! », lance Manon Lapierre. La cocotte en fonte est son choix de prédilection ; la poêle et son couvercle vous permettront de réaliser un grand nombre de recettes, comme sa miche de pain rustique. Cela dit, une petite poêle en fonte peut amplement faire l’affaire. Astuce : retournez-la à l’envers et vous voilà avec une mini-plaque !

Que ce soit pour retourner les viandes et légumes, pour remuer une préparation qui mijote ou pour manipuler les grilles et plaques chaudes, la pince est un précieux allié.

Des gants de soudeur

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Une bonne paire de gants de soudeur permet d’éviter de se brûler.

Pour jouer avec le feu sans se brûler, Manon Lapierre s’est procuré une paire de gants de soudeur, assez longs pour recouvrir ses avant-bras. Des mitaines pour le four peuvent aussi être utilisées, mais assurez-vous qu’elles soient vraiment résistantes à la chaleur vive.