De Montréal à Québec en passant par Gatineau et Kamouraska, les Lauriers ont récompensé des chefs et artisans de partout au Québec ce soir à L’Arsenal, dans un gala animé par Christian Bégin.

Mis à jour le 30 avr. 2019
Iris Gagnon-Paradis
Iris Gagnon-Paradis La Presse

C’est Vin Mon Lapin, le plus récent projet du groupe Joe Beef ouvert en 2018, qui a gagné le cœur de la brigade et du jury des Lauriers en se faisant élire meilleur restaurant de l’année, succédant ainsi au Mousso, qui avait remporté le même prix l’an dernier. « On est surpris, mais vraiment content ! », a commenté le chef Marc-Olivier Frappier.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

David McMillan

David McMillan et Frédéric Morin du groupe Joe Beef ont aussi vu leur travail souligné en recevant le Prix du rayonnement de la culture culinaire. « Quand les gens viennent au Québec, ils ne viennent pas juste au Joe Beef ; ils vont au Toqué!, au Pied de Cochon, dans le Nord, dans le Bas du Fleuve… Ce prix est pour vous tous ! », a réagi David McMillan en recevant le prix.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Stéphane Modat, du restaurant Le Champlain

Du côté du chef de l’année, c’est Stéphane Modat, qui officie au restaurant Le Champlain, au Château Frontenac, à Québec, qui a été l’heureux élu. Le chef, qui a publié cette année le livre Cuisine de chasse, s’est dit heureux de voir ses « efforts récompensés ». Mais au-delà de la reconnaissance, il souhaite surtout utiliser cette tribune pour mettre de l’avant des sujets qui lui sont chers, comme la viande de bois.

Nominée également l’an dernier, la sommelière Véronique Rivest, propriétaire du Soif Bar à Vin, a mis la main cette fois sur le titre de Sommelière de l’année. « J’étais tellement fière de figurer parmi un palmarès composé majoritairement de femmes, ça en dit long sur le chemin parcouru au Québec. Les sommeliers, on est des gens de service et non des rock stars ! », a-t-elle lancé.

Le Petit Mousso, petit frère du Mousso, a été à l’honneur deux fois plutôt qu’une : le chef Benjamin Mauroy-Langlais a été sacré Révélation de l’année, alors que le travail d’Émile Archambault, jusqu’à tout récemment responsable des cartes de cocktails au Petit Mousso et au Mousso, a été reconnu dans la catégorie Mixologue ou bartender de l’année.

Boulanger : un pionnier félicité

La compétition était féroce dans la nouvelle catégorie Boulanger de l’année, avec des grosses pointures comme Jeffrey Finkelstein du Hof Kelsten et le duo composé de Seth Gabrielse et Julien Roy de chez Automne Boulangerie. C’est finalement Jochen Niemand, de la boulangerie Niemand à Kamouraska, qui a vu son travail souligné.

Ce dernier célèbre cette année les 25 ans d’existence de la petite boulangerie campé dans une maison victorienne du petit village touristique de 500 âmes du Bas-Sant-Laurent, qu’il a fondé avec sa femme, Denise Pelletier. Issu d’une famille de meuniers-boulangers allemands, M. Nieman a été un des premiers au Québec à proposer des pains au levain artisanaux faits avec une farine obtenue à partir de grains moulus sur pierre.

La région de la Gaspésie a aussi vu deux des leurs briller, soit la Fourchette Bleue, récompensée Entreprise de l’année, ainsi que les Jardins de Métis, qui ont reçu le Prix du Tourisme Gourmand. La première, fondée par Sandra Gauthier d’Exploramer, s’est donné comme mission de garder nos poissons et fruits de mer ici, alors que les deuxièmes, lieu historique national, accueillent chaque année de nombreux touristes venus visiter leurs jardins à l’Anglaise et s’attabler à leurs restaurants.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Michael Marier et Véronique Hupin du Domaine Les Pervenche à Farnham

Le titre d’artisan de l’année a quant à lui été décerné à Michael Marler et Véronique Hupin du Domaine Les Pervenche à Farnham, témoignant de la notoriété qu’acquièrent année après année les vins québécois. Suzanne Dufresne et Daniel Gosselin, de la fromagerie Au Gré des Champs, en Montérégie, sont pour leur part repartis avec le titre de Producteur de l’année. « Je veux saluer les jeunes producteurs qui amènent un vent de fraîcheur dans l’agriculture au Québec et tous les chefs qui mettent en valeur nos produits ! », a lancé Mme Dufresne.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Ricardo Larrivée a remporté le Laurier du Public

Ricardo, favori du public

Pour une deuxième année consécutive, c’est Ricardo qui a remporté le Laurier du Public, le seul prix attribué par vote populaire. « Merci au public et à ma gang de… 250 personnes ! Il n’y a pas plus beau métier que celui de cuisinier, quel beau choix on a fait ! », s’est-il exclamé.

Stéphanie Labelle, de la Pâtisserie Rhubarbe, a raflé le prix de Pâtissière de l’année, elle qui était en nomination pour une deuxième année consécutive dans cette catégorie. Quant au Prix du service en salle, un routier de la restauration montréalaise, Denis Lessard, a vu son travail reconnu. Ce dernier, qui est dans l’industrie depuis 20 ans, est directeur de salle au réputé établissement Le Serpent depuis cinq ans, et est notamment passé par Le Filet et le Pied de Cochon.

Pour terminer, le prix du Foodtruck de l’année est allé au pionnier Grumman '78 et l’Événement gastronomique de l’année a été décerné à Foodcamp, un rassemblement gastronomique qui réunit chaque année des centaines de personnes venues assister à des ateliers et conférences donnés par des chefs de renom au Château Frontenac, à Québec.

Un prix hommage a également été remis à Jean-Paul Grappe, ancien professeur à l’ITHQ. « Je souhaite qu’au Québec, on continue à célébrer tous ceux qui nous nourrissent ! Longue vie à la cuisine ! », a-t-il conclu.