Source ID:; App Source:

Le DGEQ somme Équiterre de faire marche arrière

L'une des « priorités environnementales » identifiées par le collectif faisait... (David Boily, archives La Presse)

Agrandir

L'une des « priorités environnementales » identifiées par le collectif faisait référence à l'installation facile de bornes de recharge pour véhicules électriques dans tous les nouveaux bâtiments dès 2025. Sur cette photo, une borne de recharge sur la rue Saint-Antoine, à Montréal.

David Boily, archives La Presse

Équiterre s'est attiré les foudres du Directeur général des élections du Québec (DGEQ) pour avoir voulu mettre l'environnement au coeur de la présente campagne électorale.

L'organisation a reçu lundi une mise en demeure du DGEQ qui lui reproche d'avoir enfreint la loi électorale en publiant la semaine dernière les réponses des principales formations politiques aux « priorités environnementales » d'un collectif de 11 organismes de défense de l'environnement dont elle fait partie.

La démarche, initiée en avril dernier, avait pour objectif d'identifier les mesures que le Québec doit impérativement prendre, selon le collectif, pour protéger l'environnement et atteindre ses objectifs de réduction d'émissions de gaz à effet de serre (GES). La Presse avait fait état de leurs conclusions il y a une semaine.

Le DGEQ donnait 48 heures à Équiterre, par ailleurs la seule des 11 organisations du collectif ayant reçu la mise en demeure, pour retirer le document.

« Nous n'allons pas nous plier à cette demande, car nous sommes convaincus que le public est en droit d'avoir accès à cette information importante, non partisane, libre et sur un enjeu qui est au coeur des préoccupations de la population », a indiqué à La Presse le directeur des communications d'Équiterre, Ryan Worms, disant par ailleurs avoir l'appui des 10 autres organisations qui ont participé à l'exercice.

Équiterre a d'ailleurs relayé à nouveau le document sur les réseaux sociaux, hier.

L'organisation a tenu une conférence de presse ce matin pour dévoiler les détails de la mise en demeure du DGEQ, qui est « une entrave à la liberté d'expression sur les sujets environnementaux », et expliquer sa position.

Contacté par La Presse, le DGEQ a refusé de confirmer l'envoi d'une mise en demeure à Équiterre, affirmant qu'une telle démarche est de nature confidentielle.

Le DGEQ se défend de vouloir empêcher des organisations non gouvernementales (ONG) de participer aux débats de société qui ont cours durant une campagne électorale.

« Il faut trouver un équilibre entre libertés d'expression et les principes de la loi [électorale] », a indiqué à La Presse Julie Saint-Arnaud Drolet, porte-parole de l'organisme.

La loi interdit à quiconque n'étant pas un parti politique ou son représentant d'intervenir dans la campagne « si cette intervention a un coût » et a pour effet, notamment, « de diffuser ou de combattre » un programme politique, rappelait le DGEQ dans un communiqué émis au début de la campagne.

Au moment d'écrire ces lignes, le DGEQ n'était pas en mesure d'indiquer s'il existait un précédent où une ONG aurait été accusée d'enfreindre la loi électorale québécoise.

L'exemple le plus récent cité par l'organisme remonte à 2003, lorsque la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) avait reçu un constat d'infraction pour avoir distribué un dépliant intitulé « Voter ADQ / Un pensez-y-bien - ADQ Danger ».




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer