Après Vancouver, c’est maintenant au tour de Toronto d’héberger un studio de vente du jeune constructeur de véhicules électriques américain Lucid. La firme, qui fait passablement jaser par les temps qui courent en raison de la prestation de son modèle de lancement, prépare ainsi son entrée officielle au pays pour le printemps.

Publié le 31 mars
Charles René
Charles René La Presse

L’arrivée de Lucid au Canada est un évènement en soi en raison du fait que la marque sera essentiellement le premier constructeur à jouer à armes égales contre Tesla dans le tout-électrique. On a par ailleurs précisé qu’un troisième studio ouvrira à Montréal plus tard cette année, l’entreprise privilégiant ce modèle à celui de concessionnaires traditionnels.

Dans l’attente d’un VUS prévu pour 2024, le Gravity, un seul modèle figure dans le portfolio du constructeur pour le moment, soit l’Air. C’est une grande berline qui jette les gants contre une pionnière du genre, la Tesla Model S. Le PDG de Lucid, Peter Rawlinson, a justement été l’ingénieur en chef de Tesla. C’est donc tout sauf un hasard.

Le modèle est inévitablement un produit de luxe, comme en fait foi sa fourchette de prix qui s’amorce à 107 300 $ pour culminer à 191 300 $. En échange, trois livrées sont proposées, l’Air Pure de 480 ch avec 653 km d’autonomie, l’Air Touring de 620 ch avec 653 km d’autonomie et, finalement, l’Air Grand Touring de 800 ch avec 830 km d’autonomie. Notons qu’on ne peut plus réserver les explosives variantes Dream Edition de 930 ch et 1111 ch.

La berline est dotée d’une architecture à très haut voltage de 900 V et assure une puissance de chargement maximale de 300 kW. Lucid a d’ailleurs annoncé un partenariat avec Electrify Canada, le réseau de bornes rapides de Volkswagen. Les propriétaires auront droit à deux ans de recharge gratuite à l’achat de leur Air.