(Montréal) La ville de Repentigny annonce qu’elle lance un projet-pilote de six mois visant à doter son service de police de véhicules électriques.

Publié le 12 février
La Presse Canadienne

Le projet est mis en œuvre par Cyberkar, une entreprise québécoise spécialisée dans les solutions technologiques haut de gamme pour véhicules d’urgence.

Selon Jonathan Boivin, responsable du développement des affaires chez Cyberkar, c’est la première fois qu’une auto-patrouille électrique sera entièrement conçue et fabriquée au Québec.

Le projet, qui consiste notamment à équiper un Ford Mustang Mach-E de l’attirail nécessaire, se mettra en branle à la fin avril.

Les autorités municipales espèrent donner une nouvelle image du corps policier dont la réputation a été ternie par des allégations de profilage racial au cours des derniers mois. Les tensions se sont exacerbées à la suite de la mort en août d’un résident noir, Jean-René Junior Olivier.

L’homme âgé de 37 ans a été abattu à l’extérieur du domicile familial après que sa mère, qui souhaitait que son fils soit conduit à l’hôpital pour des soins psychiatriques, eut appelé le 911.

Une conseillère en performance organisationnelle de la Ville de Repentigny, Stéphanie Fortier, dit que ce projet est l’une de nombreuses mesures prises par la municipalité pour améliorer ses relations avec les citoyens.

« L’impact d’une identité visuelle, relativement aux relations avec les citoyens, peut faire une différence », souligne-t-elle. Mme Fortier ajoute que des études en Europe ont démontré que la perception que les gens ont de la police peut être améliorée en changeant son identité visuelle.

Mme Fortier mentionne que la ville compte faire connaître le véhicule aux autres corps de police du Québec. « Dans un monde idéal, l’intérêt suffisamment marqué permettra de réduire le coût de transformation grâce à une économie d’échelle générée par l’achat de plusieurs véhicules », avance-t-elle.