L’Ioniq 5 est sans doute l’un des véhicules les plus attendus de l’histoire de Hyundai. Le multisegment électrique, qui se présente sous des traits originaux résolument rétrofuturistes, donne le coup d’envoi de la nouvelle division électrique Ioniq du constructeur coréen avec nombre d’arguments en sa faveur. On en sait maintenant plus sur le portfolio des versions nord-américaines de ce modèle qui cible, ni plus ni moins, le Tesla Model Y.

Charles René
Charles René La Presse

Basé sur la toute nouvelle plateforme modulaire électrique de Hyundai nommée E-GMP, l’Ioniq 5 dispose de l’empattement le plus long de tous les modèles de la marque offerts au Canada (3000 mm). Avec une longueur totale de 4635 mm, soit environ 25 cm de moins qu’une Honda Accord, l’Ioniq 5 présente des porte-à-faux extrêmement courts en préservant un habitacle très spacieux, selon Hyundai.

PHOTO FOURNIE PAR HYUNDAI

L’Ioniq 5 présente des porte-à-faux extrêmement courts en préservant un habitacle très spacieux.

Un ou deux moteurs électriques

À l’instar de son concurrent chez Ford, le Mustang Mach-E, l’Ioniq 5 sera proposé avec deux configurations de moteurs. La version à propulsion de base aura 225 ch et 228 lb-pi de couple à sa disposition.

Avec la batterie de série (58 kWh), elle aura une autonomie estimée de 354 km, ce qui est légèrement mieux que celle de son rival américain (340 km), mais moindre que celle du Volkswagen ID.4 (400 km). Cette même version à deux roues motrices pourra également bénéficier en option de la batterie de plus forte capacité (77,4 kWh) permettant d’atteindre l’autonomie maximale du modèle (480 km).

PHOTO FOURNIE PAR HYUNDAI

L’habitacle du Hyundai Ioniq 5 2022

En version à rouage intégral, l’Ioniq 5 voit sa puissance grimper à 320 ch et 446 lb-pi de couple. Ces chiffres n’effraieront sans doute pas les Mustang Mach-E en version GT Performance (480 ch), mais le multisegment ne cherche pas à séduire avec la performance pure. Les livrées dotées de deux moteurs électriques voient leur autonomie osciller de 400 à 435 km au moyen de la batterie de 77,4 kWh, la seule offerte pour cette configuration.

La recharge sera en outre compatible avec des bornes rapides pouvant atteindre les 350 kW, qui sont, pour le moment, assez rares sur le territoire québécois. Hyundai estime qu’il ne faudra que 18 minutes pour faire grimper la charge de la batterie de 10 à 80 % sur ces bornes. Une pleine charge sur une borne de niveau 2 (240 V) prendra 6 h 43 min. À l’inverse, l’Ioniq 5 pourra servir de source d’énergie pour divers appareils électriques, chose qui sera utile en camping, par exemple.

L’Ioniq 5 arrivera sur le marché canadien à l’automne et Hyundai précise que la précommande sera ouverte durant les prochaines semaines.