N'en déplaise aux amateurs de voitures à boîte manuelle, l'industrie automobile n'en a que pour les boîtes automatiques, ces jours-ci. Et ce n'est pas près de changer : la nouvelle boîte à 10 rapports conçue conjointement par Ford et General Motors témoigne du potentiel caché de cette pièce maîtresse de la mécanique automobile.

Alain McKenna, collaboration spéciale LA PRESSE

La théorie est plutôt simple : en ajoutant des rapports à une boîte automatique, on accroît sa douceur de roulement, chaque passage se faisant plus aisément et plus rapidement. Ça permet aussi d'avoir un meilleur rapport final, ce qui réduit le régime-moteur sur autoroute, notamment, et améliore la consommation de carburant du véhicule.

À condition que tout ça tienne bien en place. Et que le passage des rapports se produise efficacement. Certaines boîtes à huit ou neuf rapports mises en marché ces dernières années ont mis à mal cette théorie, en étant trop fragiles ou en semblant continuellement entre deux rapports.

Pour réduire la consommation d'essence

L'édition 2017 de la camionnette F-150 de Ford est devenue le premier véhicule sur le marché à hériter d'une boîte à 10 rapports. Elle y est jumelée à un V6 Ecoboost biturbo de 3,5 L. Son format relativement compact et son poids pas tellement supérieur à celui de la boîte à six rapports aussi offerte pour cette camionnette permettent de réduire sa consommation d'environ 5 %, sans sacrifier la polyvalence d'ensemble (incluant la capacité de remorquage).

Du côté de GM, c'est la Camaro ZL1 de Chevrolet, et une cylindrée suralimentée de 650 chevaux tirée de la Corvette Z06, qui lance le bal. D'autres modèles des deux groupes américains en bénéficieront également par la suite. Au salon de Detroit, à la mi-janvier, Ford a notamment promis une Mustang 2018 à 10 rapports. 

Attendues depuis 2013, ces deux boîtes sont le plus récent fruit d'un partenariat qui dure depuis près d'une quinzaine d'années entre ces deux constructeurs. Ils ont aussi partagé les coûts de développement de boîtes à six rapports, initialement, puis d'une toute nouvelle boîte à neuf rapports. Pour la petite histoire, GM aurait pris la responsabilité de celle-ci, alors que Ford s'est concentrée sur la version à 10 rapports.

Passage des vitesses rapide et doux

Alors que la boîte à neuf rapports a été conçue pour les voitures et VUS à roues motrices à l'avant, celle à dix rapports servira surtout dans des applications de pointe. Tout a été pensé en fonction de ça, explique Dan Nicholson, vice-président systèmes de propulsion pour General Motors. « Le passage des rapports est si rapide qu'il se compare à celui d'une boîte à double embrayage, mais elle conserve la douceur d'une vraie boîte automatique. Elle a été conçue pour être performante sur la piste, et moins énergivore sur l'autoroute. »

Au-delà de la mécanique, un contrôleur électronique assure que ce passage des rapports se fasse au bon moment. Celui-ci analyse le comportement du conducteur afin de déterminer quand monter ou descendre en rapport. 

Mieux : l'électronique peut simuler un certain glissement dans le changement de rapports, afin d'adoucir la conduite en évitant les à-coups.

Cette course aux rapports additionnels n'est pas terminée. Déjà, l'été dernier, on apprenait que Ford avait fait une demande de brevet sur un prototype de boîte automatique à 11 rapports. Puis, l'automne dernier, Honda s'est joint au mouvement en publiant les détails d'une boîte à 11 rapports et à 3 embrayages.

On est loin des transmissions automatiques à cinq rapports des années 90 !