Passage obligé chez tous les constructeurs, les essais de préproduction permettent de sonder la durabilité des modèles dans la dernière phase de leur développement. Afin de les rendre encore plus efficaces, Ford a mis sur pied le premier programme d'essais robotisé sur piste.

Mis à jour le 3 juill. 2013
Charles René LA PRESSE

Le projet inédit n'a pour l'instant été déployé que lors du développement du nouveau fourgon Transit, celui qui remplacera le série E. Son but n'est évidemment pas de collecter des données sur l'agrément de conduite, mais plutôt d'allonger les périodes d'essais de durabilité sur parcours fermé, un atout cher au créneau des fourgons commerciaux. 

Un module embarqué dans le véhicule contrôle la direction, l'accélérateur, le levier de vitesses et le freinage grâce à des servomoteurs. Il peut être programmé pour faire un tracé précis pendant une période donnée. Sa position est suivie simultanément par les ingénieurs par GPS et aussi par l'entremise de plusieurs caméras positionnées stratégiquement. 

Ford souligne qu'une telle percée permettra aux pilotes d'essai de se concentrer sur les éléments insondables par capteurs, à savoir l'insonorisation et l'aspect dynamique des modèles développés en laissant la sale besogne au système automatisé.