L'Essence, un prototype résultat d'une étude de design américano-japonaise, fait escale en sol montréalais dans le cadre du Salon de l'auto. Ce biplace, propulsé par un V6 biturbo jumelé à un moteur électrique (592 chevaux au total), a été élaboré afin de souligner les 20 ans de la marque Infiniti.

Charles René, collaboration spéciale LA PRESSE

Véritable vitrine technologique, l'Essence est exempte de rétroviseurs; ce sont plutôt des caméras incrustées à même les piliers A qui se chargent de la besogne. Néanmoins, c'est son dessin qui attire par sa sensualité. C'est d'ailleurs sur cet élément que l'accent est mis. L'Essence est avant tout un exercice stylistique précurseur de la voie empruntée par le constructeur en ce qui a trait au design de sa gamme.

 

Comme tous les véhicules concepts, son transport demande une logistique impressionnante. Arrivée par avion de Shanghai, l'auto est gardée, telle une toile, dans un environnement tempéré afin de préserver sa peinture. La température à l'intérieur du caisson employé lors de son transport ne peut descendre en deçà de 12 degrés Celsius. De telles précautions sont justifiables, car il s'agit du seul exemplaire existant de l'engin.

 

Fonctionnelle, l'oeuvre ne sera cependant jamais mise sur le marché. Didier Marsaud, directeur des relations publiques de Nissan Canada, souligne que ses performances avérées ne cadrent pas avec la philosophie Infiniti, une ligne de conduite qui mise davantage sur le luxe plus que sur des prestations ahurissantes. Un tel groupe motopropulseur serait plus à sa place, affirme-t-il, dans un produit Nissan.

 

Il n'a cependant pas voulu confirmer les rumeurs persistantes concernant le développement d'une Nissan GT-R hybride. Il n'est également pas question pour Infiniti d'offrir une voiture de cette trempe, une bagnole qui aurait pu s'attaquer directement à la LF-A de Lexus en misant sur des organes mécaniques bien différents.