Un autre salon de l'auto vient d'être annulé, victime de la crise mondiale qui frappe l'industrie automobile.

LA PRESSE

La Société des constructeurs et vendeurs d'automobiles du Royaume-Uni a annoncé jeudi «la difficile décision» d'annuler le British Motor Show, prévu pour 2010, en raison de la récession et des problèmes qui ne cessent de frapper le secteur automobile.

L'annonce de ce matin confirme la nouvelle publiée mercredi par Car Magazine.

Ce salon bi-annuel fonctionne depuis 1903. Seule la Seconde guerre mondiale avait causé des annulations précédentes, entre 1939 et 1947.

«Le resserrement du crédit à l'échelle mondiale pénalise particulièrement le secteur automobile. L'incertitude dissuade les constructeurs de participer aux grands évènements internationaux», a déploré Paul Everitt, le président de l'organisme organisateur, cité par Automotive News Europe. Il n'a pas voulu prédire un retour de l'évènement en 2012.



Déjà moribond




Car Magazine fait toutefois remarquer que le British Motor Show dépérissait depuis quelques années et que la récession mondiale vient mettre un terme aux souffrances d'un évènement qui était déjà en phase terminale. À son zénith, en 1978, 908 194 passionnés de l'auto avaient assisté au BMS dans la ville de Birmingham. Mais depuis 2000, l'assistance n'a jamais atteint le demi-million de visiteurs, malgré diverses initiatives pour améliorer l'assistance, y compris le déménagement du salon à Londres en 2006 et l'ajout de concerts rock et de démonstrations de cascadeurs en 2008, rappelle Car Magazine.

L'Opel Insigna et l'Alfa Roméo Mito ont été lancées lors du salon de 2008, qui a attiré seulement 472 300 visiteurs.

La décision a été prise après consultation avec l'industrie automobile anglaise : les exposants ont indiqué que les problèmes du secteur rendent impossible la tenue de l'événement.

Les ventes ont chuté de 29%, à 166 466 unités, durant les deux premiers mois de 2009. Les experts prédisent que les ventes pour 2009 seront de 1,72 million de véhicules neufs, après des années fastes de 2,13 millions en 2008 et de 2,4 millions d'unités en 2007.

Stockholm et Sydney aussi annulés

Le British Motor Show n'est pas le premier salon d'importance secondaire à subir les effets de la récession. Le Salon de l'Auto de Suède, qui se tient tous les trois ans à Stochholm et qui devait avoir lieu ce printemps, a aussi été annulé, tout comme le Salon de Sydney, en Australie. Le Salon de Barcelone, qui coïncide avec le Grand Prix de Formule 1 du 9 mai, est passé à un doigt d'être annulé et seule l'intervention des gouvernements espagnol et catalan ont permis de sauver l'événement.

Même les «Big Five» de Francfort, Tokyo, Detroit, Geneve et Paris peinent à attirer la totalité des grands constructeurs automobiles. Ferrari, Land Rover, Nissan, Porsche et Rolls-Royce manquaient à l'appel lors du Salon de Detroit cet hiver. En janvier dernier, quand Chryser, Ford, GM et Volvo ont annoncé qu'ils ne participeraient pas au salon de Tokyo, des magazines spécialisés ont fait état de rumeurs sur l'annulation de l'événement.

Par contre, aucun des grands fabricants n'a fait faux bond à Genève, au début de mars.

Plus près de chez nous, le Salon de l'auto d'Ottawa a été annulé. Le dernier Salon de l'auto de Montréal a attiré moins de 200 000 visiteurs.