Nous l’attendions depuis quelques mois déjà. La voici en version de production et dans toute sa splendeur. Audi a présenté la semaine dernière sa première berline 100 % électrique, l’e-tron GT

Charles René Charles René
La Presse

Adoptant une stratégie inverse à Tesla, à savoir la commercialisation d’un VUS électrique (l’e-tron) avant celle d’une berline, Audi veut assurer maintenant ses arrières face à la Tesla Model S. L’e-tron GT partage son ossature avec la Porsche Taycan, ses dimensions aussi, qui sont pratiquement identiques, à quelques centimètres près.

Le dessin, signé par Marc Lichtre, a beau cimenter l’identité de cette nouvelle venue avec un faciès plus expressif, la ligne de toit ainsi que les galbes des ailes rappellent la filiation avec sa cousine de Porsche. Cela dit, l’expressivité du rendu est indéniable avec les divers traits verticaux d’épaisseurs différentes qui composent l’éclairage extérieur.

En deux saveurs

Mais évidemment, avant d’être un objet qui mise sur la signature visuelle, cette e-tron GT est une voiture électrique, voire une berline sportive. Pour nourrir cette ambition de performance, elle est servie de deux manières.

La livrée de base est mue par un duo de moteurs électriques qui produisent à l’unisson 522 ch et contrairement à la plupart des véhicules électriques, la puissance du moteur arrière est nettement supérieure (429 ch) à celui boulonné à l’avant (235 ch). À l’instar de la Taycan, ce système emploie une transmission à deux rapports, un autre choix technique inédit qui assure une meilleure autonomie sur l’autoroute.

PHOTO FOURNIE PAR AUDI

L’habitacle de l’Audi e-tron GT 2022

La deuxième livrée, nommée simplement e-tron GT RS, augmente la puissance maximale à 637 ch également obtenus de deux moteurs électriques dont la puissance diffère (235 ch/450 ch). Le gain se situe évidemment ici sur l’accélération : alors que la livrée de série abat le 0-100 km/h en 4,1 s, la déclinaison RS ne prend que 3,3 s pour effectuer ce même exercice.

Une batterie partagée

Les deux variantes engrangent leur énergie dans la même batterie de 93 kWh permettant une autonomie respective de 383 km et 374 km pour l’e-tron RS, d’après des estimations en fonction du cycle de mesure américain. Tout comme la Taycan, l’e-tron n’offre donc pas une rude concurrence à Tesla à ce chapitre. La Model S Long Range avance une autonomie de 663 km et une livrée Plaid+ en préparation promet pas moins de 837 km en mouvement.

PHOTO FOURNIE PAR AUDI

L’Audi e-tron GT vue de profil

Tout comme la Taycan, une architecture électrique de 800 V diminue cependant énormément le temps de recharge. Audi avance que la batterie pourra passer de 5 à 80 % en aussi peu de 22,5 min sur les stations de recharge les plus puissantes.

Une suspension pneumatique et des roues directionnelles arrières assureront en outre plus d’agilité lors de manœuvres à haute vitesse.

En vente dès l’été à un prix de départ qui devrait être légèrement moindre que celui de la Taycan (120 500 $).