À la fois charismatique et intransigeante dans sa manière de concevoir la sportivité, l’Alfa Romeo 4C est souvent reléguée à l’arrière-plan lorsqu’on se penche sur les prétendantes de son segment. Or, celles qui parviennent à offrir une expérience aussi tactile sont rares.

Charles René Charles René
La Presse

La marque italienne a annoncé que son biplace en est officiellement à ses derniers tours de piste en Amérique du Nord. Pour souligner la chose, une version rendant hommage à la sublime 33 Stradale 1967, un bolide de course vainqueur de sa classe aux 24 Heures de Daytona en 1968.

PHOTO FOURNIE PAR ALFA ROMEO

Vue de l'arrière de l’Alfa Romeo 4C Spider 33 Stradale Tributo 2020

À peine 33 exemplaires de cette 4C Spider 33 Stradale Tributo seront assemblés pour l’Amérique du Nord. Elle existe essentiellement pour le plaisir des yeux, alors qu’aucun changement mécanique n’est apporté. Sa carrosserie peinte d’un rouge nommé Rosso Villa d’Este est agrémentée de diverses pièces de fibre de carbone exposées. Son châssis monocoque est également recouvert d’une couche rouge transparente pour souligner le caractère distinctif du modèle.

PHOTO FOURNIE PAR ALFA ROMEO

L’Alfa Romeo 33 Stradale 1967 et la 4C Spider 33 Stradale Tributo

Du reste, cette livrée conserve son petit quatre-cylindres turbocompressé de 1,75 L produisant 237 ch et 258 lb-pi couplé à une boîte à double embrayage à six rapports. Ça peut paraître bien peu, mais rappelons que la 4C ne pèse que 1128 kg, soit à peine une cinquantaine de kilos de plus qu’une Mazda MX-5.

Produit de niche dont le développement a stagné tout le long de sa courte carrière avec un prix trop élevé, la 4C aurait sans doute pu aspirer à un cheminement plus glorieux. Elle appartiendra bientôt à l’histoire avec l’un des plus beaux dessins des récentes sportives.