Acura a dévoilé la semaine dernière la livrée de production d’un de ses modèles piliers sur lesquels s’édifiera sa relance, le MDX. Entièrement renouvelée, de la calandre jusqu’au pare-chocs arrière, cette quatrième génération inaugure un changement de philosophie pour un produit qui a adopté une posture évolutive tout au long de sa carrière.

Charles René Charles René
La Presse

Plus rigide qu’auparavant, sa nouvelle plateforme adopte une suspension avant à double triangulation, un attirail généralement réservé aux véhicules de haute performance pour assurer une meilleure tenue de route en virage. Cela se marie à des voies plus larges (distance entre les deux roues sur le même essieu), un système de freinage plus costaud à assistance entièrement électronique et des pneus plus larges. La table est dressée.

Deux V6 au menu

Si le moteur V6 de série atmosphérique de 290 ch est ni plus ni moins que le moteur de la cuvée précédente du VUS intermédiaire, la nouveauté prend la forme d’un autre V6, celui-là de 355 ch, une puissance obtenue par l’apport de deux turbocompresseurs. Ces deux moteurs peuvent s’appuyer sur le rouage intégral SH-AWD plus réactif qu’auparavant avec une propension plus accentuée à envoyer le couple vers l’arrière.

PHOTO FOURNIE PAR ACURA

La nouvelle plateforme du MDX adopte une suspension avant à double triangulation.

Le MDX reçoit également la dernière itération du système d’infodivertissement de la marque, qui lui fera un grand bien compte tenu de l’âge avancé du système de la génération précédente.

PHOTO FOURNIE PAR ACURA

Vue de l’intérieur du MDX

Il y a donc nettement plus de matière que suggère son design évolutif. Cela se traduit inévitablement par une augmentation de son prix de départ de 2015 $, à 56 405 $. Acura n’a curieusement pas publié la fourchette de prix de la livrée Type S équipée du moteur turbocompressé. En vente dès l’été 2021.