L’industrie automobile est dévastée par la propagation de la COVID-19, et le secteur électrique est loin d’être épargné.

Alain McKenna
Alain McKenna Collaboration spéciale

Le plus récent projet à en subir l’effet est ce qui devait être le premier véhicule entièrement électrique de la marque Cadillac, le Lyriq, qui devait être dévoilé le mois prochain. « Par précaution, nous avons pris la dure décision d’annuler le dévoilement du Lyriq à Los Angeles, le 2 avril prochain. Nous réévaluons tous nos projets en ce moment », a déclaré un porte-parole de la division de luxe de General Motors, au début de la semaine dernière.

Peu de détails circulent actuellement à propos du Lyriq, mais ce VUS de luxe est supposé être le premier chez GM à recourir à la nouvelle pile Ultium conçue conjointement avec LG Chem, et sera construit dans une usine en Ohio, aux États-Unis. Sa pile pourrait atteindre une capacité de 200 kilowatts-heures, bonne pour une autonomie de 640 kilomètres par charge. GM n’est certainement pas le seul constructeur touché par la crise actuelle. Jumelée à une baisse draconienne du prix du pétrole, elle fait craindre un ralentissement prononcé de l’électrification du secteur automobile.