L'industrie automobile va devoir travailler d'arrache-pied, dans les prochaines années, pour convaincre les consommateurs du bien-fondé et de l'intérêt de la voiture électrique. La grande majorité d'entre eux n'y est pas intéressée. Du moins, aux États-Unis.

Sébastien Templier LA PRESSE

La dernière évaluation des demandes, des préférences et des sensibilités des consommateurs américains à l'égard des voitures hybrides branchables et des voitures électriques laisse entrevoir une baisse d'intérêt ainsi qu'un manque récurrent de connaissances sur le sujet de leur part.

Baisse d'intérêt

Selon Pike Research, la proportion de personnes «extrêmement» ou «très» intéressées par l'achat d'un tel véhicule, qui fournirait de 60 à 160 km d'autonomie pour un coût d'électricité équivalant à 20 cents le litre, est passée de 40 % l'an dernier à 36 % cette année. La proportion de ceux qui ne s'y intéressent pas du tout est de 32 % cette année. Enfin, 33 % s'y intéressent peu ou «plutôt pas».

«Les degrés d'intérêt pour les véhicules électriques et hybrides branchables ne sont pas tellement différents d'une catégorie de la population à l'autre, que ce soit selon l'âge, le genre, le revenu ou l'éducation. Ce qui laisse à penser que ces véhicules se doivent d'exercer un fort attrait dans l'ensemble du marché», ajoute dans son étude la firme américaine d'analyses.

Les consommateurs américains citent encore le manque d'autonomie comme raison première de leur désintérêt pour ces véhicules.

Sans surprise, les références en la matière sont pour eux, dans l'ordre, Toyota, Ford, Chevrolet, Honda puis Nissan. C'est avec la Chevrolet Volt qu'ils sont le plus familiers et avec la Mitsubishi i-Miev qu'ils le sont le moins.

Pike Research a par ailleurs estimé que, par rapport à un véhicule traditionnel à combustion interne qui coûterait en moyenne 20 000 $ US, le prix optimal d'un véhicule électrique ou hybride branchable comparable devrait être de 23 650 $ US. Les prix actuels des constructeurs en sont loin, variant approximativement de 30 000 $ US à 40 000 $ US, selon le modèle proposé, exception faite des voitures de Tesla. Aux yeux des consommateurs, ces véhicules sont vendus au prix d'un modèle haut de gamme.

Des idées fausses persistantes

Les idées fausses au sujet des véhicules électriques ont manifestement la vie dure dans l'esprit des automobilistes américains. Pour 46 % d'entre eux, la Toyota Prius branchable offre un «bon» ou «excellent» rapport qualité-prix. Pour 24 % d'entre eux seulement, la Mitsubishi i-Miev offre un tel rapport. Les Volt, Focus et Leaf ont un bon - ou excellent - rapport qualité-prix selon de 36 % à 40 % d'entre eux, selon le modèle.

«Les idées fausses sur ces véhicules persistent. Plus d'un tiers des répondants pensent que les batteries sont dangereuses et quatre personnes sur dix estiment que ces véhicules laissent souvent leurs propriétaires en panne de carburant électrique», observe l'équipe de Pike Research dans son rapport. Plus d'un tiers des personnes sondées jugent également que ces véhicules ne sont pas beaucoup plus économiques qu'un véhicule à essence.

Des résultats difficiles à transposer au Canada

Toutes ces observations portent sur les consommateurs américains uniquement. Qu'en est-il des Canadiens? «Il n'est pas possible d'affirmer avec certitude que les Canadiens auraient les mêmes idées fausses. Cependant, une grande partie des observations des constructeurs de véhicules électriques et hybrides branchables est similaire à ce que nous voyons aux États-Unis, donc je ferai l'hypothèse que ces idées fausses sont semblables au Canada», nous répond Dave Hurst, analyste de recherche principal chez Pike Research.

Cette étude a été menée cet automne auprès de 1001 consommateurs américains. La marge d'erreur est de plus ou moins 3 points de pourcentage, 19 fois sur 20.