Le constructeur allemand BMW a laissé filtrer toute sorte de rumeurs, ces derniers mois, à propos de l'arrivée en Amérique du Nord de véhicules à moteur diesel «ultrapropre».

Publié le 30 janv. 2008
Alain McKenna, Collaboration Spéciale LA PRESSE

À la surprise générale, ce sont ses deux modèles les plus populaires qui en profiteront. Dès l'automne prochain, donc, BMW Canada mettra en vente au pays une berline Série 3 ainsi qu'un VUS X5 à moteur diesel.

 

«Nous avons décidé d'y aller avec nos modèles les plus populaires parce que nous croyons en cette technologie», a soutenu Alain Laforest, directeur régional pour le Québec de BMW Canada. «Le nouveau diesel permet de réduire à la fois les émissions de gaz à effet de serre de nos véhicules, ainsi que leur consommation d'essence.»

 

Le calcul est simple. Selon les chiffres publiés par le constructeur bavarois, les émissions polluantes sont réduites du quart, par rapport au moteur à essence qu'on retrouve présentement sous le capot des deux véhicules. Idem pour la consommation de carburant.

 

Plus concrètement, la 335 d, comme s'appellera la berline à moteur diesel, consommerait 10,3 litres aux 100 kilomètres en ville, et 7,2 L/100 km seulement sur autoroute. Le X5, plus costaud et, surtout, plus lourd, fait passer ces chiffres à 12,5 L/100 km en ville et 9,5 L/100 km sur autoroute, ce qui est tout de même mieux que ses statistiques actuelles (15,8 et 11,3 L/100, respectivement). Le gros VUS sera surnommé X5 xDrive35d en version diesel.

Deux turbos et un réservoir d'urée

Ces véhicules seront lancés aux États-Unis au même moment, et seront vendus dans cinquante États. C'est donc dire que la technologie diesel de BMW est conforme aux normes antipollution de la Californie, comme l'est également celle des autres constructeurs allemands comme Volkswagen (TDI) et Mercedes-Benz (Bluetec).

 

Comme cette dernière, d'ailleurs, le moteur diesel de BMW utilisera une solution à base d'urée, ainsi qu'un filtre à particules fines particulièrement efficace, afin de contenir les émissions d'oxyde d'azote et de particules causées par l'utilisation du carburant diesel. BMW appelle sa solution BluePerformance.

 

Histoire de ne pas compromettre la performance de cette mécanique, les ingénieurs y ont ajouté un double turbocompresseur, ce qui ne manque pas de faire grimper sa puissance et son couple. Le moteur, un six cylindres de trois litres, génère donc une puissance totale de 265 chevaux, mais ce sont surtout ses 425 livres-pied qui laissent pantois.

12,3% moins de CO2

Selon une étude indépendante, BMW est le constructeur qui a le plus réduit les émissions de CO2 de ses véhicules, entre 1990 et 2005. Celles-ci ont baissé de 12,3% en moyenne, ce que ne manquent pas de mentionner les porte-parole de la marque, même si les chiffres absolus sont certainement moins flatteurs.

 

Le constructeur n'était pas nécessairement reconnu pour sa faible consommation d'essence à l'époque, mais force est d'admettre qu'il a fait des progrès spectaculaires à ce chapitre au fil des dernières années.

 

Avec ses nouveaux modèles diesels, BMW affirme vouloir continuer dans la même voie. D'ailleurs, d'autres modèles à moteur diesel suivront sous peu, jusque dans la gamme de petites voitures Mini, a-t-on laissé entendre.