L'industrie automobile a commencé l'année sur une note positive. Les ventes de janvier au pays ont été supérieures à celles de l'an dernier à la même époque (+ 0,3%). Mais attention, la vérité d'un jour n'est pas celle du lendemain.

Sébastien Templier LA PRESSE

Parce qu'en décembre, les constructeurs font tous les efforts de marketing possibles pour bien terminer l'année et atteindre des objectifs de ventes, le mois de janvier en subit systématiquement les contrecoups. Un peu comme le portefeuille des consommateurs après le temps des Fêtes...

«Il est presque impossible de dégager une tendance à partir des ventes du mois de janvier, dit ainsi l'analyste Dennis DesRosiers. Janvier est également le plus petit mois de ventes de l'année. La moindre tendance apparente peut donc facilement être contredite une fois que les ventes reprennent.»

Cela étant dit, les ventes sont encore à la hausse au Canada en ce début d'année. Quand bien même minime (+ 0,3% à 95 639 exemplaires), cette progression représente un signe positif étant donné les chiffres de décembre (113 000 ventes) et le mauvais temps en janvier.

Premier enseignement de ces derniers chiffres, les marques européennes et asiatiques en ont pleinement profité (+ 8,5%) alors que le «Big Three» de Detroit a déclaré un recul de pas moins de 8,1%. Seuls Mitsubishi (- 3,7%), Hyundai (- 8,8%) et Acura (- 9,6%) sont dans la même situation.

Le Groupe Fiat-Chrysler a cependant enregistré le plus de ventes (17 589), devançant Ford (14 526), GM (10 991) et Toyota (9525). Nissan (+ 37,1%) et sa filiale Infiniti (+ 41,3%) ont fortement progressé, de même que les marques de luxe Land Rover (+ 38,1%) et Jaguar (+ 56,5%).

Autre fait marquant - mais habituel -, les VUS, multisegments et «camions légers» ont progressé de 4,7% en janvier alors que les voitures ont reculé de 5,9%. La part de marché des premiers nommés s'établit à 61,6%! Une proportion impressionnante même s'il s'agit du seul mois de janvier. Serait-ce une tendance lourde qui se dessine?

Les marques automobiles non américaines accaparent 55 % de parts de marché au Canada.

En Europe aussi

Faut-il y voir un signe des temps? En berne, l'industrie automobile européenne - notamment française - a bien commencé l'année. En Espagne, les ventes ont grimpé de 7,6% en janvier alors que l'Italie a enregistré un deuxième mois consécutif de hausse, à 3,2%. Le marché a légèrement progressé en France (+ 0,5%). Dans l'Hexagone, ce sont surtout les constructeurs français qui ont profité de cette légère embellie. Leur part de marché atteint presque 60%. Mais les analystes se montrent prudents quant à une réelle reprise, la dynamique du marché reste faible et des pays comme l'Espagne profitent d'une prime à la casse.