BMW, le plus important constructeur de voitures haut de gamme au monde, devra payer une amende de trois millions de dollars aux autorités américaines pour avoir omis de signaler dans les délais raisonnables des problèmes techniques et rappels concernant quelque 338 700 véhicules en 2010.

Publié le 15 févr. 2012
Angela Greiling Keane BLOOMBERG

La pénalité imposée à BMW est la plus importante du genre depuis l'amende record de 16,4 millions que Toyota a dû payer en 2010. Il s'agit en fait de la seconde plus importante amende imposée par la NHTSA depuis 1999.

Les 16 rappels analysés par l'agence américaine portaient sur le VUS X5, le multisegment X6, la berline de série 7, le coupé de série 5 GT, la compacte de série 1 ainsi que des motocyclettes. BMW a 30 jours pour s'acquitter sa pénalité au Trésor américain.

«Il est essentiel à la sécurité des automobilistes que les anomalies et rappels soient rapportés dans les meilleurs délais, a affirmé David Strickland, administrateur de la NHTSA. Nous nous attendons à ce que tous les constructeurs automobiles nous informent des questions traitant de sécurité de façon rapide et diligente.»

À la suite de cette analyse de la NHTSA, BMW a indiqué qu'elle avait modifié sa façon de traiter des rappels et problèmes techniques, a indiqué Dave Buchko, un porte-parole du constructeur allemand. À chaque fois qu'une anomalie est identifiée, un rappel est annoncé.»

Selon l'agence américaine, l'analyse entreprise en 2010 a démontré que BMW «semblait maintenir une pratique, à dessein ou par habitude, qui n'offrait que peu de détails lors des rapports préliminaires.»

«Lorsque des informations jugées importantes lors d'une procédure de rappel ne sont pas fournies initialement, BMW assure de sa collaboration, mais met trop de temps à fournir les précisions aux autorités», peut-on lire dans une notice datée du 15 décembre 2010.