Depuis son introduction en 2005, la dernière génération de la Vantage a hérité de la délicate mission d'affronter la Porsche 911. Le modèle d'entrée de gamme du constructeur anglais joue donc plus de sportivité que de grand tourisme en comparaison à ses grandes soeurs, les Vanquish et DB9. Le constructeur a choisi de lui donner les moyens de ses ambitions en la dotant d'un arsenal qui la propulse au rang de supervoiture. Voici la Vantage V12 S.

Charles René LA PRESSE

Les chiffres témoignent du changement de statut. Son V12 de dernière mouture de 5,9 litres produit 565 chevaux, c'est autant que la Vanquish. Il crie ses vocalises dans un système d'échappement dérivé de la One-77, une décadente création dont la vie s'est achevée l'année dernière après 77 unités produites. Son poids plus réduit (1665 kg) par rapport à la Vanquish lui octroie une vitesse maximale de 330 km/h, la plus haute vélocité de pointe de tous les modèles de série de l'histoire de la marque.

Une boîte manuelle robotisée à 7 rapports est au menu pour valoriser la vivacité de ce prodigieux V12. Par ailleurs, la servodirection a été optimisée pour soutenir la rapidité d'exécution. Un système d'amortissement réglable s'invite pour permettre une plus grande polyvalence et un système de freinage composé de disques en carbone-céramique et d'énormes étriers se charge d'interrompre l'élan.

Finalement sa carrosserie a été légèrement redessinée, pour s'assurer d'une démarcation plus nette, une sublime harmonie, vous en conviendrez.

Les premières commandes de cette Vantage S seront comblées dès les débuts de 2014.