Alors que le monde automobile prend résolument une teinte de plus en plus verte, il existe un univers parallèle où quelques constructeurs, pour la plupart des artisans, s'escriment à gaver leurs voitures aux allures futuristes de mécaniques tout simplement ahurissantes, dont la démesure les place à des années-lumières des Nissan Leaf et Chevrolet Volt.

Mis à jour le 25 mars 2011
Pierre-Marc Durivage LA PRESSE

Porsche a confirmé qu'il voulait faire sa place dans ce monde à part en dévoilant les détails de son futur vaisseau amiral, la 918, qui sera vendue à 918 exemplaires pour la bagatelle de 845 000$. Par contre, Porsche joue double-jeu, car la belle est une voiture hybride branchable. Oubliez toutefois les comparaisons avec la Toyota Prius ou la Honda Civic hybride; la Porsche 918 accélère de 0 à 100 km/h en 3,1 secondes et peut filer jusqu'à 318 km/h.

Sur le châssis en carbone de la bête sera boulonné un V8 de 500 chevaux, de même qu'un moteur électrique sur chacun des essieux - ce qui en fait un bolide à quatre roues motrices. Les deux moulins électriques produiront ensemble 160 kW (218 chevaux), portant le total à 718 chevaux. Tout ça, batteries comprises, dans un ensemble somme toute contenu de moins de 1400 kilos.

Selon Porsche, la 918 devrait être en mesure de boucler le mythique tracé du Nürbürgring en moins de 7:30, soit au moins deux secondes de mieux que la 911 Carrera GT.

Aussi surprenant que cela puisse paraître, Porsche prétend que la mécanique hybride de la 918 lui permettra de conserver une consommation d'essence moyenne de 3 litres aux 100 km (en conduite modérée, il va sans dire). Elle peut rouler pendant 25 kilomètres à une vitesse maximale de 150 km/h grâce à sa seule puissance électrique. Il faudra 7 heures pour recharger ses batteries en la branchant sur une prise conventionnelle. Qui vivra verra, et pour ça il faudra être encore de ce monde en 2013, moment où Porsche devrait dévoiler officiellement sa 918.

Parmi les autres détails que Porsche a laissé filtrer, la 918 retiendra les seuls services de la transmission semi-automatique PDK à sept vitesses, avec commandes dupliquées au volant. Sur la console centrale qui s'étendra loin entre les sièges, on retrouvera un écran tactile qui devrait regrouper l'essentiel des commandes de la voiture. Enfin, le toit amovible pourra être remisé manuellement dans le compartiment de bagages avant.

Photo fournie par Porsche

La Porsche 918 Spyder pourra consommer aussi peu que 3 litres aux 100 km lorsque conduite à une allure modérée.

Porsche accepte déjà les offres d'achat et propose de faire patienter les riches candidats en leur offrant en exclusivité l'une des 918 unités de la 911 Turbo S Edition 918 Spyder, qui évoque la nouvelle supervoiture hybride notamment avec des touches de vert sur les étriers de frein, les coques des rétroviseurs, le tableau de bord de même que dans les surpiqûres de la sellerie de cuir. Le prix de ces bolides exclusifs proposés aux acheteurs de la 918 sera de 160 700$ pour la version coupé et 172 000$ pour le cabriolet, ce qui fera grimper la facture totale à plus d'un million de dollars.

Photo fournie par Porsche

La Porsche 911 Turbo S Edition 918 Spyder, réservée aux acheteurs de la future 918 Spyder.

Koenigsegg Agera R

La Koenigsegg Agera R n'a quant à elle pas besoin d'une petite soeur pour afficher une étiquette qui dépasse le million de dollars, elle le fait toute seule comme une grande et affiche sans gêne et sans retenue ses débordants attributs. Son V8 suralimenté de 5 litres produit 1115 chevaux et un couple de 884 livres-pied lorsqu'il est abreuvé de bioéthanol à 85%. Lorsqu'on fait le plein avec de l'essence sans plomb à 98 d'octane (impossible à trouver chez nous), elle ne fait «plus» que 1050 chevaux. Enfin, avec un taux d'octane de 95, on doit se contenter de 940 maigrichons canassons.

Bref, si on réussit à trouver un garage qui offre du bioéthanol à 85%, on peut en repartir de 0 à 100 km/h en 2,9 secondes, alors qu'il faut 7,5 secondes pour atteindre les 200 km/h. Et si on veut arrêter net au prochain feu rouge, il faudra 5,2 secondes aux énormes freins de carbone pour arrêter la bête suédoise de 1330 kilos. Oui, oui, vous avez bien lu: le 0-200-0 se fait en 12,7 secondes.

Ah, on oubliait: la vitesse maximale de l'Agera R est de 420 km/h.

Il y a par ailleurs une foule d'options de disponible au catalogue de l'Agera R, comme des sièges chauffants, des appendices aérodynamiques supplémentaires, un ensemble de pneus d'hiver et même une boîte de transport fixée au toit amovible.

Le prix n'a pas été dévoilé officiellement, mais on sait qu'il devrait friser les 1,5 million de dollars.

Photos fournies par Koenigsegg

La Koenigsegg Agera R 2012.

BAC Mono

La BAC Mono sera vendue à une fraction du prix, mais elle est néanmoins tout aussi exclusive et tout aussi véloce.

Conçue par le nouveau constructeur britannique Briggs Automotive Company, la Mono vient jouer dans les plates-bandes des Caterham 500, Ariel Atom et KTM X-Bow. Il s'agit d'une monoplace légale pour la route, mais qui est davantage à sa place sur une piste de course.

Son poids est d'une effrayante légèreté avec ses quelque 540 kilos, si bien que les 280 chevaux et les 207 livres-pied de couple de son quatre-cylindres Cosworth de 2,3 litres promettent des performances hallucinantes. Promesses tenues, car le 0-100 km/h se fait en 2,8 secondes alors que la vitesse maximale est de plus de 270 km/h.

La puissance est transmise aux roues arrière par la même boîte séquentielle à six vitesses utilisée dans les monoplaces de Formule 3.

BAC espère vendre cette année 50 exemplaires de sa Mono, au prix de 108 600$. Une aubaine, quoi!

Source: Autoguide.com, Koenigsegg

Photo fournie par BAC Mono

La BAC Mono.