On ne peut qu'être d'accord: il n'y aura jamais assez de sécurité en automobile. Et comme bien d'autres en matière d'automobile, ce domaine regorge de nouvelles technologies plus sophistiquées les unes que les autres. La dernière en date: les systèmes précollision de deuxième génération.

Alain McKenna, Collaboration Spéciale LA PRESSE

On divise généralement la sécurité automobile en deux catégories. La première est la sécurité active, qui vise à prévenir les accidents; ainsi, il y a les pneus d'hiver obligatoires, les systèmes antipatinage et ainsi de suite. La seconde est la sécurité passive: comment réduire les effets d'un impact au strict minimum? En déployant des coussins gonflables, en concevant un châssis déformable ou, pourquoi pas, en rétractant automatiquement les ceintures de sécurité et en multipliant la force de freinage appliquée par le conducteur. Ces deux derniers éléments font partie de la sécurité précollision, un concept d'abord mis de l'avant par les constructeurs haut de gamme, tels Mercedes-Benz et Volvo, et plus récemment reproduits à plus grande échelle par des rivaux plus généralistes, comme Toyota.

 

Un tel système fait appel à un sonar dissimulé sous le pare-chocs et qui devine, en comparant sa vitesse à celle d'un objet situé plus loin devant, si une collision est imminente. Si elle devient inévitable, une alerte sonore et visuelle peut être émise. Entre-temps, l'ordinateur de bord en profite pour ajuster la tension de la ceinture de sécurité et prépare les freins afin qu'ils aient un maximum de mordant au moment où le pied du conducteur ira s'écraser sur la pédale.

Collision entre deux véhicules

Chaque année, le Bureau de la circulation routière de l'Agence de police du Japon publie des statistiques sur les causes et les effets des accidents de la route. Ces statistiques démontrent qu'il y a de moins en moins de morts ou de blessés graves à la suite d'accidents de la route, même si le nombre d'accidents et de blessés légers, lui, est à la hausse. Le Bureau en déduit que l'utilisation de systèmes de sécurité passive, comme la ceinture, connaît un certain succès.

On s'est par ailleurs aperçu que les collisions entre deux véhicules présentent le plus haut taux de risque de décès ou de blessures graves. Autrement dit, quand plus d'un véhicule est en cause, le risque est plus élevé. Cela veut donc dire que l'accident peut se produire de diverses façons, pas seulement vers l'avant: un automobiliste qui grille un feu rouge et qui entre en collision latérale, ça s'est déjà vu... et dans ce cas, tant les passagers à l'avant qu'à l'arrière peuvent être blessés.

Le groupe japonais Toyota a récemment mis la main sur ces statistiques. Ses ingénieurs se sont attardés plus particulièrement aux collisions entre véhicules. Résultat: Toyota compte introduire cette année, au Japon, un système précollision de deuxième génération, qui tentera d'éviter des blessures graves ou même le décès à tous les passagers du véhicule, et pas seulement qu'au conducteur ou aux passagers assis à l'avant. Ce système sera ensuite introduit dans d'autres marchés ailleurs dans le monde.

Voir grand

Ce système utilise un radar qui projette des ondes non seulement vers l'avant, mais aussi vers les côtés, en diagonale. Ce système balaie donc un très large rayon autour de la voiture, une conception idéale aux intersections, estime-t-on chez Toyota. Le radar peut donc détecter les objets en mouvement qui pourraient s'insérer dans la trajectoire du véhicule. «Si l'ordinateur conclut à une forte probabilité de collision, des fonctions de sécurité sont activées dans le véhicule» afin d'avertir et de préparer les passagers à une collision éventuelle, explique le constructeur.

Ces fonctions comprennent une meilleure tension dans la ceinture de sécurité de tous les occupants, une préparation des coussins et des rideaux gonflables, tant frontaux que latéraux, et un redressement automatique du dossier des sièges qui seraient abaissés. Toyota ne dit pas à quel point ce système est efficace, mais assure qu'il permet de mieux réagir à une variété d'accidents de la route et, ainsi, de réduire les risques de blessures causées par les automobiles.