Et comme le mentionne José Boisjoli, président de BPR, «notre objectif était de réinventer le roadster et d'offrir l'équilibre parfait entre performances et tranquillité d'esprit».

Sylvie Rainville COLLABORATION SPéCIALE

Et comme le mentionne José Boisjoli, président de BPR, «notre objectif était de réinventer le roadster et d'offrir l'équilibre parfait entre performances et tranquillité d'esprit».

Pas besoin de s'inquiéter de mettre les pieds par terre à l'arrêt ou d'avoir peur d'échapper le véhicule. Par ailleurs, les consommateurs qui souhaitent une plus grande facilité de conduite pourront opter pour une boîte séquentielle électronique à cinq rapports (avec marche arrière) avec changements à la pression d'un bouton au guidon sans embrayage.

Le roadster Spyder profite également d'une longue liste de technologies de pointe afin d'aider le conducteur. Par exemple, l'équipe de BRP a fait appel à Bosh afin de mettre au point le système VSS, qui comprend des dispositifs électroniques pour contrôler la stabilité (SCS) et la traction (TCS) ainsi qu'un système de freinage antiblocage (ABS). Mentionnons qu'ils ne peuvent être désactivés. De plus, on l'a doté d'un système de direction dynamique assisté (DPR) qui réduit l'effort en toutes conditions.

Résultat: le Spyder est bien assis sur la route et négocie les virages avec stabilité et aisance, sans inclinaison latérale, comme les motocyclettes traditionnelles.

» ON AIME

La facilité de conduite, les performances, la stabilité et la maniabilité, les technologies de pointe.

» ON AIME MOINS

Le prix élevé, les nombreux éléments en option, passer le test de conduite sur deux roues pour conduire ce trois roues.

» CE QU'IL FAUT RETENIR

Moteur : V-Twin Rotax 990 à 4 soupapes par cylindres

Cylindrée : 998 cm3 ou 60,9 pouces cubes

Puissance : 106 ch à 8500 tr/min

Couple : 77 lb-pi à 6500 tr/min

Consommation de carburant : 6,5 L/100 km (moyenne ville/route estimée)

Accélération 0-100 km : 4,75 secondes

Transmission : boîte séquentielle à 5 rapports avec marche arrière; séquentielle électronique (automatique) en option

Freins : disques/disque avec ABS

Poids du véhicule : 316 kg (697 lb)

Espace de rangement avant : 44 litres

Réservoir : 27 litres

Choix de couleur : gris métallique (Full Moon) ou jaune (Millenium Yellow)

Prix de base : 18 499 $

--- --- --- --- --- --- --- --- --- --- ---

POUR LES 35 A 55 ANS

Le Spyder de BRP s'adresse à une clientèle âgée entre 35 et 55 ans. Des gens qui souhaitent vivre une expérience à ciel ouvert enivrante sans trop de risques.

«Nous avons demandé à plus de 4000 personnes ce qu'elles aimaient et n'aimaient pas sur une motocyclette, explique le chef de BRP, José Boisjoli. Nous ne nous adressons pas aux motocyclistes purs et durs, mais bien à ceux qui souhaitent retrouver la sensation de liberté et les performances offertes par une moto, mais aussi la tranquillité d'esprit et la sécurité.»

Au Canada, le Spyder 2008 sera offert au prix de départ de 18 499 $, avec boîte manuelle, et de 19 999 $ avec boîte automatique électronique de type séquentiel.

Les options comprennent les feux antibrouillards, les phares au xénon, un embout d'échappement de performance, des sacs de voyage, un dossier pour le passager arrière, des pare-brise haut et bas ainsi qu'une gamme complète de vêtements.

Le véhicule sera d'abord commercialisé à l'automne dans certains États américains et quelques provinces canadiennes dont le Québec, l'Ontario, la Colombie-Britannique et l'Alberta.

--- --- --- --- --- --- --- --- --- --- ---

LES TROIS ROUES, ICI ET AILLEURS

Bombardier Véhicules récréatifs n'est pas le seul constructeur à s'être lancé sur le territoire des véhicules à trois roues. En fait, le premier trois roues motorisé a vu le jour au 18e siècle. Il s'agissait du fardier de Nicolas Cugnot, qu'avait financé le roi Louis XV.

Depuis, on a vu de nombreux prototypes de véhicules à trois roues. Certains ont été mis en production. Par exemple, la Reliant Robin, une voiture dotée de deux roues à l'arrière et d'une seule roue à l'avant, a été lancée en Angleterre dans les années 70. Sans oublier le Campagna T-Rex, un hybride québécois de moto et de roadster basé sur une mécanique de Kawasaki ZZR 1200, lancé dans les années 90.

Du côté des motocyclettes, le concepteur de remorques québécois Denray a conçu son premier modèle de moto trois roues en 1988. Constatant l'intérêt grandissant pour ce type de véhicule, R.C. Trike, une compagnie de Sainte-Eulalie spécialisée dans la transformation de motocyclettes, a modifié des motos conventionnelles pour qu'elles puissent rouler sur deux roues arrière.

Le marché des scooters et des cyclomoteurs a également été influencé par le phénomène du trois roues. Renault, en partenariat avec Benelli, est un des premiers constructeurs européens à avoir lancé un scooter à trois roues : le Ublo. Ce véhicule recouvert d'une capote rigide a été créé en 2001. Le Ublo, avec sa configuration à deux roues à l'arrière, est cependant demeuré au stade du prototype.

De nos jours, les constructeurs de cyclomoteurs lancent des produits qui privilégient deux roues à l'avant et une seule à l'arrière. Par exemple : Piaggio et son MP3, Gilera et son Fuoco ainsi que Vectrix avec son MP3 électrique.

BRP (Bombardier Produits récréatifs) est sur l'eau, sur la neige et hors route. Mais voici que l'entreprise se lance sur la route avec un tout nouveau produit, un secret bien gardé qui a pris naissance dans les années 90 à Valcourt.

L'invitation du constructeur ne donnait aucune indication, si ce n'est que le produit serait destiné aux routes publiques. Je ne savais pas à quoi m'attendre. Une motocyclette, un véhicule électrique, une voiture? Rien de tout cela! C'est un roadster à trois roues (deux roues de 14 po à l'avant et une de 15 po à l'arrière) portant le nom de Spyder Can-Am qu'a présenté BRP.

Le concept est né il y a 10 ans. Trois ans plus tard, le premier prototype voyait le jour. Depuis ce temps, le véhicule a connu de multiples changements. L'ingénierie et le design ont été assurés par l'équipe de BRP à Valcourt.

Le Spyder est en fait un métissage entre une motocyclette et un cabriolet sport. Il est conçu pour offrir des sensations similaires à celle d'un deux roues, mais avec la stabilité et la maniabilité d'une petite voiture décapotable.

Comme une moto

Ce véhicule à trois roues inusité avec architecture en Y présente une position de conduite élevée, des roues orientées avec un guidon et des commandes presque identiques à celles d'une moto: embrayage à la poignée gauche, accélération à la poignée droite, levier d'embrayage au pied gauche et frein au pied droit. Seules différences: la boîte de vitesses manuelle à cinq rapports inclut un mode marche arrière, et la pédale de freinage au pied actionne les freins avant et arrière.

Avant de prendre place sur le véhicule, je m'interrogeais. N'étant pas une habituée des motos, je me suis sérieusement demandé si je serais capable de piloter le Spyder. Jamais je n'ai enfourché une motocyclette de cette cylindrée. En outre, les conducteurs de motos de ce calibre doivent être expérimentés, ce qui n'est pas mon cas. Sans oublier la force physique et le savoir-faire nécessaires pour conduire un véhicule de ce poids (316 kg ou 697 lb) et de cette puissance.

Le Spyder est propulsé par un moteur Rotax bicylindre V-Twin de 990 cm3 refroidi au liquide, spécifiquement modifié pour le véhicule afin de fournir plus de couple à bas régime tout en satisfaisant aux normes d'émissions polluantes. Ce moteur offre une puissance de 106 chevaux à 8500 tr/min et un couple de 77 lb-pi à 6500 tr/min.

Mais mes craintes se sont évanouies rapidement en prenant le guidon: les trois roues font toute la différence. Le Spyder offre une nouvelle expérience de conduite accessible à tous.