Notre collaborateur répond aux questions des lecteurs

Éric LeFrançois Éric LeFrançois
Collaboration spéciale

Q. Je dois acheter quatre pneus d’hiver pour une Subaru Outback 2015, des 225/60/18. Mon détaillant affirme que je n’ai pas besoin d’acheter quatre jantes pour aller avec les nouveaux pneus d’hiver, car les jantes originales du véhicule, de nos jours, peuvent facilement résister au climat d’hiver sans s’endommager et sans perdre leur éclat. Enfin, on me dit que ce n’est plus vrai que la traction serait meilleure avec, dans mon cas, des pneus de 17 pouces pour l’hiver. Qu’en pensez-vous ?

— Jacques R.

R. La question des jantes demeure un élément discutable. Plus durables, peut-être, mais pourquoi ne pas investir dans des jantes en acier et des enjoliveurs pour prévenir l’accumulation de glace et de neige dans les roues ? Quant aux pneumatiques, il a raison pour les véhicules modernes. Vous pouvez conserver la taille de 18 pouces.

Un cabriolet en hiver

PHOTO FOURNIE PAR AUDI

Il existe un certain nombre de cabriolets dotés d’un rouage intégral sur le marché, notamment l’Audi TT Roadster.

Q. Une simple question : je veux un cabriolet, mais je veux m’en servir aussi en hiver. Avez-vous une suggestion ?

— Paul M.

R. Les cabriolets ne craignent plus l’hiver comme autrefois. En revanche, certains sont plus délicats à conduire que d’autres, notamment en raison de leur mode (propulsion) ou encore de leur garde au sol peu élevée. Il existe un certain nombre de cabriolets dotés d’un rouage intégral sur le marché, mais il faut préciser les attributs que vous recherchez et le prix que vous êtes prêt à payer pour vous aider à fixer votre choix. Ainsi, vous pourriez très bien considérer une Audi TT (est-ce que deux places suffisent ? ) ou encore une Série 2 de BMW. Ma question maintenant : correspondent-elles à votre budget ?

Je me souviens

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Une voiture est enlisée dans la neige dans le boulevard Saint-Laurent, en 1946.

Q. Depuis 2008, le gouvernement du Québec exige que nous installions des pneus d’hiver. Mes amis et mon mari trouvent cela ridicule et disent qu’il n’y a qu’au Québec qu’une telle loi existe. Mais moi, je me rappelle que, quand j’étais jeune, dans les années 1950, mon père installait ses pneus d’hiver vers le mois d’octobre. Le fait de ne plus mettre des pneus d’hiver est venu, selon moi, quand l’industrie est passée à la traction et au moment de l’avènement des pneus quatre saisons. Suis-je dans l’erreur ?

— Maryse P.

R. Le Québec n’est pas le seul endroit dans le monde où une telle législation existe. Cette loi n’a pas été dictée par la généralisation des tractions ou les pneus quatre saisons, mais par souci de sécurité pour les usagers de la route. Autrefois, l’automobiliste était libre de faire installer des pneus à neige ou non, mais il faut rappeler aussi que le nombre d’automobiles a fortement progressé au fil des années. De plus, certaines technologies modernes (l’ABS, par exemple) fonctionnent plus efficacement avec des pneus correctement adaptés au coefficient d’adhérence de la chaussée.

Des pneus d’hiver toute l’année ?

PHOTO SIMON GIROUX, ARCHIVES LA PRESSE

Les pneus d’hiver ne conviennent pas aux températures estivales.

Q. Je constate que de nombreux automobilistes conservent leurs pneus d’hiver toute l’année… avec les conséquences que cela implique. Ne serait-il pas temps de modifier la loi pour interdire cette pratique ?

— Victor P.

R. Soucieux de faire des économies, plusieurs automobilistes conservent en effet leurs pneus d’hiver durant la saison estivale. Cette pratique est, hélas, dangereuse. Conserver ces pneumatiques durant l’été augmente non seulement les risques d’éclatement, mais aussi les distances de freinage. Aussi, contrairement à une certaine croyance populaire, ils diminuent considérablement l’adhérence. Conséquence : ils représentent un risque important pour les occupants du véhicule et pour les autres usagers de la route.