Comme quoi l’électrification de l’automobile cascade sur d’autres véhicules, La Compagnie Électrique Lion (Lion) et l’entreprise Boivin Évolution (BEV) ont annoncé par communiqué la semaine dernière avoir scellé les premières ventes d’un camion à ordures entièrement électrique.

Charles René Charles René
La Presse

Basé sur le châssis Lion8, ce camion a une autonomie de 208 km et dispose d’une benne de collecte latérale automatisée, ces fameux bras qui agrippent les poubelles pour en verser le contenu dans la benne du camion.

Contrairement à un camion à ordures traditionnel, celui-ci ne dispose pas d’une pompe hydraulique pour assurer son fonctionnement. Les diverses composantes sont entièrement électriques, ce qui en simplifie l’entretien.

Lion et BEV estiment que ce camion permet de diminuer de 60 % les coûts d’entretien du camion en raison de l’absence de fluides à remplacer. Les économies sur les coûts d’énergie sont de l’ordre de 80 %. Ces camions sont aussi nettement moins bruyants en raison de leur mécanique électrique.

Pour le moment, les premières ventes ont été conclues avec Waste Connections en Floride et à Washington. Des villes québécoises soucieuses de leur empreinte environnementale embarqueront-elles dans le projet ?