(Tokyo) Le géant automobile japonais Toyota a confirmé jeudi à l’AFP avoir mis fin à une coentreprise avec ses compatriotes Mazda et Denso créée en 2017 pour accélérer leurs développements respectifs dans les technologies pour véhicules électriques.

Agence France-Presse

« Nous avons décidé de mettre fin à cette coentreprise parce qu’elle a atteint ses objectifs », a déclaré à l’AFP une porte-parole de Toyota, qui contrôlait 90 % de cette société, Mazda et Denso se partageant les 10 % restants.

Avec les technologies électriques acquises depuis, « nous pouvons désormais couvrir une vaste gamme de types de véhicules, des mini-voitures aux voitures de tourisme, les VUS jusqu’aux camions », a ajouté cette porte-parole.

La dissolution de cette coentreprise ne remet pas en cause les liens capitalistiques entre Toyota, Mazda et l’équipementier Denso, ni l’usine commune de Toyota et Mazda en construction en Alabama, a-t-elle encore précisé.

Toyota détient environ 5 % de Mazda depuis 2017 et 33 % de Denso.

Annoncée début 2018, l’usine commune de Toyota et Mazda dans l’Alabama est toujours censée devenir opérationnelle en 2021, malgré des retards du chantier causés par la pandémie de coronavirus. Ce projet de 1,6 milliard de dollars a promis jusqu’à 4000 créations d’emplois locaux.