Après avoir jonglé tout l’hiver entre plusieurs modèles, après s’être longuement documenté, après avoir consacré des heures à choisir les accessoires et la couleur, « le consommateur s’estime prêt alors qu’il ne l’est pas », reconnaissent plusieurs représentants des concessionnaires sous le couvert de l’anonymat. Plus d’un ne connaît ni le prix ni les sommes rattachées, pas plus que ses droits. » Explications.

Éric LeFrançois Éric LeFrançois
Collaboration spéciale

Au Québec, le prix d’un véhicule neuf doit inclure tous les composants du prix à l’exception des taxes (TPS et TVQ) et du Droit spécifique sur les pneus neufs. C’est donc dire que les frais de transport et de préparation, de taxe d’accise sur le climatiseur doivent impérativement être inclus dans le prix de vente annoncé. Cela vaut également pour les frais d’ouverture de dossier, de documentation ou de mise en marché exigés par certains concessionnaires. Ce dernier, en revanche, est en droit de vous facturer des frais de service si vous le mandatez d’immatriculer le véhicule pour vous. 

Soulignons également que des frais liés au Registre des droits personnels et réels mobiliers (RDPRM) seront inscrits au contrat, mais ceux-ci sont réclamés par les institutions financières ou bancaires et non par les concessionnaires.

Autres conseils utiles

La haute saison, c’est le printemps, et ce, aussi bien pour les transactions de véhicules neufs que d’occasion. Vous n’avez peut-être pas besoin d’une nouvelle auto, mais vous en avez envie. Et c’est ici que commence la grande tournée des concessionnaires. L’utilisation du pluriel ne signifie pas que vous devrez appeler tous ceux qui sont inscrits dans l’annuaire téléphonique.

Si vous comptez votre temps, vous vous rendrez compte que vous dépenserez beaucoup d’énergie pour économiser 50 $. Les consommateurs devraient se concentrer sur deux ou trois concessionnaires, proches de leur résidence ou de leur lieu de travail et tenir compte aussi du tarif horaire pratiqué dans l’atelier du concessionnaire.

Les débuts et surtout les fins de mois sont les périodes les plus propices pour négocier. Plus facile de négocier un véhicule – pour peu qu’il ne porte pas le sceau de la nouveauté – que le concessionnaire possède en stock. Dans le cas contraire, il doit engager des frais et votre marge de négociation est réduite d’autant.

Ceci dit, il est plus sage de ne laisser aucun dépôt tant que vous n’avez pas pris la décision d’acheter le véhicule. Vous pourriez vous retrouver face à un commerçant qui refuse de vous rendre votre argent. La possibilité d’annuler dépend notamment des documents que vous avez signés. À ce sujet, assurez-vous d’inscrire dans l’un de ces documents la date de livraison. Il arrive qu’un concessionnaire ne puisse pas respecter la date convenue. La Loi prévoit des recours pour régler à l’amiable ce litige avant d’entreprendre des recours judiciaires.

Prêt ? Alors, cesser de contempler la belle derrière la vitrine.