Le souci environnemental de nombreux acheteurs de véhicules électriques va bien au-delà de la propulsion, ce qui a mené le constructeur français Renault à concevoir un habitacle composé de matériaux 100 % recyclés pour sa Zoé électrique. Or, ce modèle européen partage déjà plusieurs composants avec la Nissan Leaf vendue chez nous.

Alain McKenna
Alain McKenna Collaboration spéciale

De là à imaginer que l’intérieur de la Leaf pourrait lui aussi être fait de vieilles ceintures de sécurité ou de bouteilles de plastique déchiquetées, il n’y a qu’un pas que l’Alliance Renault-Nissan se garde bien de franchir.

PHOTO FABRICE COFFRINI, AFP

Le prototype Renault Zoé e-Sport, montré au Salon de l'auto de Genève le 7 mars 2017.

N’empêche que l’idée pourrait faire des petits. Conjointement avec le fournisseur spécialisé Adient Fabrics et le spécialiste des tissus français Les Filatures du Parc, Renault peut ainsi recouvrir les sièges, une partie du tableau de bord et un total de huit mètres carrés de surfaces texturées à bord de la Zoé électrique.

60 % moins de gaz à effet de serre

Le tissu est créé à partir de fibres recyclées au moins aussi durables que des fibres plus traditionnelles, selon un processus qui réduit les émissions de gaz à effet de serre de 60 % par rapport à un tissu traditionnel, assure Renault.