Après Aveux, Apparences, Feux, Fragile et (bientôt) Fragments, Serge Boucher plonge dans l’univers de Michel Tremblay. L’auteur prépare l’adaptation télévisuelle des Chroniques du Plateau Mont-Royal.

Publié le 22 septembre
Marc-André Lemieux
Marc-André Lemieux La Presse

Aucun réseau n’est encore attaché au projet, lequel vient d’obtenir le soutien financier des institutions. La Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) a retenu Chroniques du Plateau Mont-Royal par l’entremise de son programme d’aide au prédéveloppement de séries télévisées inspirées d’œuvres littéraires. La collaboration du Fonds des médias du Canada (FMC) est également confirmée.

Chroniques du Plateau Mont-Royal est porté par Amalga, maison de production derrière les précédentes séries dramatiques de Serge Boucher.

Joint au téléphone, le président d’Amalga, André Dupuy, parle d’un « projet colossal ». Et pour cause. Au total, 30 épisodes d’une heure sont prévus. « Pour couvrir six romans et pour rendre justice à tout ce qu’on y raconte, c’est mesuré », estime le producteur.

Ouvrage paru en 2000, Chroniques du Plateau Mont-Royal met de l’avant plusieurs personnages émanant des Belles-sœurs. L’ensemble réunit six textes de Michel Tremblay sortis entre 1978 et 1997 : La grosse femme d’à côté est enceinte, Thérèse et Pierrette à l’école des Saints-Anges, La duchesse et le roturier, Des nouvelles d’Édouard, Le premier quartier de la lune et Un objet de beauté.

Michel Tremblay n’est pas activement impliqué dans l’aventure, mais avec Serge Boucher au scénario, il sait qu’il est « en bonnes mains », affirme André Dupuy. « Il est enthousiasmé. Il connaît bien Serge. C’est un sentiment de confiance très naturel. »

Une coupure ?

À première vue, Serge Boucher s’aventure en territoire télévisuel inconnu avec Chroniques du Plateau Mont-Royal. Et pas seulement parce qu’il s’agit d’une série coiffée d’un titre qui comprend plus d’un mot. L’auteur propose habituellement des séries empreintes de mystère, comme en témoignent Feux, Fragile et compagnie.

André Dupuy reconnaît qu’il s’agit d’une coupure. Il croit toutefois que Chroniques maintient une certaine continuité.

Serge aime mettre la famille au centre des histoires qu’il raconte. Il y a quand même un lien de parenté.

André Dupuy, président de la maison de production Amalga

L’univers de Michel Tremblay s’est déjà retrouvé au petit écran. On pense au Petit monde de Laura Cadieux, cette comédie que Séries+ et TVA ont présentée de 2003 à 2007. Pour André Dupuy, la pérennité des écrits de Michel Tremblay n’a rien d’étonnant. « Sa façon d’écrire a toujours été le reflet de notre société. On a beau vivre en 2022, quand on comprend d’où on vient, on comprend mieux où on est et pourquoi on y est. C’est une des raisons pour lesquelles l’œuvre de Michel Tremblay fait toujours aussi bon écho. »

Pour l’heure, aucun échéancier n’est fixé. Rappelons qu’on attend prochainement sur ICI Tou.tv Extra Fragments, la nouvelle fiction signée Serge Boucher, qui racontera les retrouvailles, après 40 ans de silence, d’un groupe d’amis, campés par James Hyndman, Céline Bonnier, René Richard Cyr et Luc Guérin. Réalisée par Claude Desrosiers, cette série de 10 épisodes a été tournée au cours de l’été.

Avec La fiancée américaine

Quatre autres titres ont reçu l’appui des institutions. Parmi eux, signalons La fiancée américaine, ce projet d’adaptation du best-seller d’Éric Dupont, qu’Anaïs Barbeau-Lavalette réaliserait.

PHOTO DOMINICK GRAVEL, ARCHIVES LA PRESSE

Anaïs Barbeau-Lavalette

La cinéaste est également attachée – comme scénariste, cette fois – à L’avenir, basé sur l’ouvrage de Catherine Leroux.

Enfin, le roman Tiohtià:ke de Michel Jean, qui raconte l’itinérance autochtone, fait l’objet d’un projet de série, tout comme Le mur mitoyen de Catherine Leroux.