Bell Média procédera à une « évaluation indépendante » du climat de sa salle de nouvelles dans la foulée de l’éviction de Lisa LaFlamme, chef d’antenne de CTV National News, deux ans avant la fin de son contrat. Un congédiement qui a notamment soulevé les questions de l’âgisme et du sexisme au sein de la direction.

Publié le 19 août
Alexandre Vigneault
Alexandre Vigneault La Presse

« Il est toujours difficile de prendre la décision de remplacer le chef d’antenne. Nous savions que de nombreux téléspectateurs et membres de la famille CTV seraient déçus par le départ de Lisa LaFlamme en tant que chef d’antenne et éditrice en chef », écrit Bell Média dans un communiqué diffusé vendredi.

CTV ajoute regretter « que la façon dont la nouvelle de son départ a été communiquée ait pu donner aux téléspectateurs une fausse impression de la considération de CTV envers Lisa et sa carrière remarquable ».

Sans faire référence directement aux critiques formulées ces derniers jours, Bell Média dit prendre au sérieux toute forme de discrimination et annonce que, « conformément à ses politiques », une « évaluation indépendante » sera menée dans les semaines à venir pour évaluer le climat de travail dans la salle de nouvelle de CTV.

Le départ de Lisa LaFlamme, annoncé en début de semaine, a fait couler beaucoup d’encre ces derniers jours. En plus des questions liées à ses cheveux gris, il a été question de divergences d’opinions quant au bulletin de nouvelles dont elle tenait les rênes depuis une décennie.

Lisez la chronique de Marc Cassivi « Cachez ces cheveux gris »