Chaque fois que Kanye West tient des propos, disons, discutables, certains de ses fans disent s’ennuyer du « vieux Kanye », celui de ses débuts, dans les années 2000. Les deux tiers de la série documentaire jeen-yuhs nous ramènent justement à cette époque, tandis que la dernière partie montre l’artiste vacillant sur la ligne du génie et de la folie. Présentation des principaux thèmes et personnages de cette œuvre de quatre heures et demie.

Publié le 15 février
Pascal LeBlanc
Pascal LeBlanc La Presse

Coodie Simmons

PHOTO FOURNIE PAR NETFLIX

Coodie Simmons, coréalisateur de jeen-yuhs : la trilogie de Kanye West

Kanye West est évidemment le sujet principal de jeen-yuhs, mais il s’agit aussi de l’histoire de Coodie Simmons, qui a coréalisé le documentaire avec Chike Ozah. Au milieu des années 1990, Coodie anime l’émission Channel Zero. À l’occasion de la fête d’anniversaire de Jermaine Dupri, en 1998, il traîne sa caméra afin d’interviewer quelques artistes sur place. Kanye est de ceux-là. Cette première entrevue marque le début d’une amitié et d’une relation professionnelle hors du commun. À cette époque, les beats de Kanye commencent à être recherchés dans le milieu hip-hop de Chicago. Toutefois, son rêve est de devenir un rappeur respecté. Coodie croit que son ami peut y arriver et, inspiré par le film Hoop Dreams (1994), il lui propose de documenter sa carrière. L’ambition de Kanye le pousse cependant à déménager à New York pour tenter d’obtenir un contrat avec une maison de disques. Un an s’écoule, puis Coodie voit Jay-Z interpréter une nouvelle chanson – Izzo (H. O. V. A.) –, produite par Kanye, lors des BET Awards. Il décide alors d’aller rejoindre ce dernier pour commencer à filmer sa vie.

Chicago

PHOTO FOURNIE PAR NETFLIX

Chicago est au cœur du récit de jeen-yuhs : la trilogie de Kanye West

Même si l’action se déplace rapidement dans la ville qui ne dort jamais, Chicago reste au cœur du récit. Kanye accueille ses compatriotes Olskool Ice-Gre, Consequence, 88-Keys, J. Ivy et autres dans son appartement afin d’enregistrer les chansons de son premier album. L’idée est aussi que tous se motivent à faire reconnaître le talent des artistes de Chicago hors de leur ville. On sent cet esprit de communauté dans toute la première partie du documentaire. Les premiers pas de Kanye dans l’industrie de la musique représentent d’une certaine façon les espoirs d’une ville en quête de validité dans le monde du hip-hop.

Roc-A-Fella

PHOTO FOURNIE PAR NETFLIX

Kanye West a mis du temps à convaincre l’étiquette Roc-A-Fella Records de lui accorder un contrat.

Les cinq chansons produites par Kanye sur l’album Blueprint, de Jay-Z, font de lui l’un des principaux fabricants de sons de l’étiquette Roc-A-Fella Records. Il tente de persuader ses dirigeants de lancer son premier album solo. Toutefois, Kanye n’a aucune crédibilité comme rappeur à leurs yeux. Dans une scène où il visite les bureaux de Roc-A-Fella, il fait entendre la chanson All Falls Down à des employées sur place… Leur indifférence est brutale. Malgré l’humiliation, il poursuit ses démarches. En 2002, le Chicagolais est le sujet d’un épisode de You Hear It First diffusée à MTV. Ce passage à l’émission consacrée aux artistes émergents convainc finalement Roc-A-Fella de lui accorder un contrat. En studio avec Jay-Z, il se met à rapper. Impressionné, le réputé MC de Brooklyn lui dit d’enregistrer son couplet immédiatement. The Bounce, sur l’album The Blueprint 2, devient sa première collaboration d’envergure. Dame Dash, cofondateur de Roc-A-Fella, lui demande ensuite de produire Champions et de rapper sur ce morceau réunissant d’autres artistes du label. Kanye a le vent dans les voiles, mais tout s’arrête brusquement.

L’accident

PHOTO FOURNIE PAR NETFLIX

Kanye West a frôlé la mort dans un accident de voiture en 2002.

Le 23 octobre 2002, alors qu’il revient d’une séance d’enregistrement, à Los Angeles, l’homme de 25 ans s’endort au volant et fonce dans une voiture. Sa mâchoire est fracturée à trois endroits. Sur son lit d’hôpital, il élabore la suite, sans jamais penser à abandonner son rêve. Il enregistre plutôt Through the Wire, alors qu’il a encore un fil de métal dans sa bouche à la suite d’une intervention chirurgicale. Les réactions extrêmement positives des personnes qui entendent la chanson, dont Pharrell Williams, inspirent Kanye, Coodie et Chike pour le vidéoclip. Le style vidéo amateur et la sincérité des paroles captivent le public et la critique. Roc-A-Fella débloque alors les fonds nécessaires pour que Kanye termine son album.

The College Dropout

PHOTO FOURNIE PAR NETFLIX

Paru le 10 février 2004, The College Dropout est un énorme succès.

Le premier album de Kanye West paraît finalement le 10 février 2004. The College Dropout est un énorme succès. L’extrait Jesus Walks – et ses trois vidéos – se démarque particulièrement. En lice pour l’album de l’année aux prix Grammy, il décroche le titre de meilleur album rap. Le discours de remerciement de Kanye est encore cité aujourd’hui. Coodie annonce alors à son ami qu’il est prêt à commencer le montage du documentaire. Le rappeur lui répond qu’il n’est pas prêt à dévoiler qui il est vraiment et indique qu’il joue désormais « un rôle » devant les caméras. Certains de ses propos, dont l’inoubliable « George Bush doesn’t care about Black people », créent la controverse. Sa confiance inébranlable est perçue comme de l’arrogance.

Donda West

PHOTO FOURNIE PAR NETFLIX

La mère de Kanye West a toujours soutenu son unique fils.

Lorsque l’on voit Kanye discuter avec sa mère, Donda, on comprend rapidement d’où vient cette énorme confiance. Professeure à l’Université Chicago State, elle a toujours soutenu son unique fils, qui écoute attentivement ses conseils. Le succès de Kanye semble rapprocher davantage les deux. Il embauche même sa mère à temps plein en 2004. Celle-ci meurt subitement à la suite d’une opération de chirurgie esthétique, le 10 novembre 2007, à l’âge de 58 ans. Plutôt que de vivre son deuil, Kanye, qui vient de lancer son troisième album Graduation, se submerge dans le travail. Sa relation avec Coodie n’est plus la même et pendant six ans, il arrête de le filmer.

Santé mentale

PHOTO FOURNIE PAR NETFLIX

Dans jeen-yuhs : la trilogie de Kanye West, Kanye West apparaît vulnérable, n’arrivant pas toujours à bien articuler ce qui semble si clair dans son esprit.

Durant cette période, Kanye continue d’enregistrer de brillants albums et d’enchaîner les controverses, dont « Yo, Taylor, I’m really happy for you, I’mma let you finish »… Coody est de retour derrière la caméra lors de l’évènement soulignant la sortie de The Life of Pablo et de la nouvelle collection de Yeezy, au Madison Square Garden, le 11 février 2016. Toutefois, il ne parvient pas à parler à son ami pour voir comment il va. Quelques mois plus tard, alors qu’il est en tournée, Kanye est admis au centre médical de UCLA à la suite d’un épisode psychotique. Près d’un an plus tard, Kanye et Coodie sont finalement de nouveau réunis. La suite nous mène en Chine avec Kid Cudi, au Wyoming dans le ranch de Kanye, à Calabasas dans son studio, en République dominicaine au début de la pandémie… À travers des moments très médiatisés, tels son appui à Donald Trump, ses spectacles gospel Sunday Service et sa propre campagne électorale en 2020, les images captées par Coody montrent un homme vulnérable, bourreau de travail, qui n’arrive pas toujours à bien articuler ce qui semble si clair dans son esprit. Cette honnêteté est étonnante quand on sait à quel point Kanye tient à contrôler son image.

Appréciation

La formule est bien différente, mais jeen-yuhs est en quelque sorte le Get Back (le documentaire sur les Beatles de Peter Jackson) de Kanye West. Autant d’heures de captation (320 heures !) jamais vues montrant l’ascension d’un artiste aujourd’hui si connu est en soi exceptionnel. Même si Kanye a exigé d’approuver la version finale du projet, nous nous réjouissons du fait que l’œuvre se concentre uniquement sur sa carrière et non sur sa vie sentimentale et familiale, déjà très médiatisée. Ce documentaire, au superbe montage, permet de mieux comprendre les origines d’un artiste au génie indéniable, incapable de ne pas rappeler qu’il est le premier à se trouver génial.

Sur Netflix le 16 février