Eve Landry a suivi avec attention la réaction du public sur Facebook et Twitter le 18 octobre dernier, quand elle s’est greffée à l’équipe de District 31. Mais pour préserver son équilibre mental, elle n’y est pas retournée depuis. « Je ne suis pas faite de glace », explique-t-elle.

Marc-André Lemieux
Marc-André Lemieux La Presse

Dans l’ensemble, les fans du populaire drame policier ont réservé un accueil chaleureux au nouveau personnage de lieutenante, appelée en renfort pour remplacer Gabrielle Simard (Geneviève Brouillette). Mais peu importe, Eve Landry ne comptait pas éplucher les milliers de commentaires recensés des jours durant.

« Quand j’ai vu qu’elle passait le test et qu’une bonne partie des gens l’adoptaient, j’ai fait : “OK, merci, bye !” Parce que sinon, ça joue un peu trop dans ma tête », affirme l’actrice en entrevue.

Bien entendu, certains téléspectateurs n’ont pas hésité à rendre leur verdict après une seule demi-heure. Puisqu’au départ, Mélanie Charron était particulièrement avare de sourires, la recrue s’est attiré quelques critiques : « air bête », « froide »… Mais au cours des dernières semaines, elle a montré qu’elle pouvait également faire preuve d’empathie (ses perches tendues vers Bruno) et d’humour, de quoi amadouer les téléspectateurs hésitants.

Je ne suis pas capable d’ignorer les commentaires négatifs. Il y en a tout le temps un qui reste ancré quelque part.

Eve Landry

Eve Landry décrit Mélanie Charron comme une femme qui préfère garder les gens à distance depuis qu’elle a perdu son partenaire de patrouille. Après avoir vécu son deuil en sombrant dans l’alcool, elle s’est fixé un objectif : celui de devenir lieutenante.

« Elle ne veut pas trop s’attacher parce qu’elle sent qu’elle peut tout perdre. C’est une carapace, parce que, au fond, elle est sensible. Elle prend soin de son monde, mais elle instaure son autorité pour être sûre que personne ne vienne lui piler sur les pieds. C’est un volcan tranquille qu’on gagne à connaître. »

Rigueur, rigueur, rigueur

Eve Landry s’est fait offrir le rôle de Mélanie Charron l’été dernier. Consciente des exigences liées au tournage d’une série quotidienne, l’actrice de 36 ans a pris soin de consulter sa famille avant d’accepter.

« J’ai discuté longuement avec mon amoureux pour savoir s’il était prêt lui aussi à s’embarquer là-dedans. Parce qu’on a deux enfants. Ce n’est pas une décision qu’on pouvait prendre comme ça. »

Finalement, Eve Landry a choisi de plonger parce qu’il s’agissait d’une expérience qui l’allumait au plus haut point.

« Mon chum me connaît bien. Il sait que c’est le genre de défis que j’aime. Ça faisait longtemps que j’entendais la gang du 31 dire qu’en tant qu’acteur, c’est quelque chose d’exceptionnel à vivre. La discipline, la rigueur… Ça m’attirait beaucoup. Et j’avais vraiment hâte d’essayer. »

Aujourd’hui, j’ai l’impression d’être en mission. Je sens que je n’ai pas le droit de l’échapper. Et j’adore ça.

Eve Landry

Bel accueil

Parlant de discipline et d’horaire chargé, Eve Landry est servie depuis deux mois, parce que, outre District 31, elle vient de boucler les tournages de Quelles familles, nouvelle série documentaire d’Unis TV dans laquelle elle rencontre des familles ayant choisi de « vivre autrement ». Nous l’avons d’ailleurs jointe au téléphone alors qu’elle était dans l’île du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, lieu de l’enregistrement final.

Au bout du fil, la comédienne ne donne pas l’impression d’être à bout de souffle.

« Avec District, j’ai découvert une équipe exceptionnelle avec laquelle j’ai beaucoup de plaisir à travailler. J’ai été très bien accueillie. J’ai été plutôt silencieuse au début, mais aujourd’hui, je commence à prendre un peu plus ma place. »

« Je savais qu’on s’entendrait bien, ajoute-t-elle. Je connaissais certaines personnes de réputation, mais j’avais aussi hâte de retrouver Catherine Proulx-Lemay [avec qui elle a joué dans Unité 9], Cynthia Wu-Maheux, ma grande chum du Conservatoire, et Jeff Boudreault, mon ami de Salmigondis. »

Rôle différent

Cet automne, Eve Landry apparaît également dans Doute raisonnable, nouvelle série policière signée Danielle Dansereau (19-2) qui s’intéresse aux crimes sexuels. Elle y campe l’oncologue Elsie Voyer, femme d’un riche philanthrope soupçonné d’agression sexuelle.

Après avoir passé des années à défendre des rôles d’écorchées sans fard, comme Carolanne dans M’entends-tu ? et Jeanne Biron dans Unité 9, Eve Landry était heureuse d’explorer un tout autre genre de personnage.

« C’est la première fois qu’on pensait à moi pour jouer une femme – j’oserais dire – bien mise, chic. On m’a fait porter des souliers propres ! Avant, j’étais celle qui passait au CCM [coiffure, costume, maquillage] pour des tatouages, jamais pour des mises en plis ! Et puis, le phrasé d’Elsie n’est pas celui de Jeanne ou de Carolanne. On est dans un français beaucoup plus soutenu et surveillé. Moins terroir… »

« Je pars toujours de moi pour créer un personnage. Pour Elsie, je suis aussi partie de moi, mais je m’en suis éloignée très, très vite ! », ajoute-t-elle.

Au théâtre

Bien qu’elle carbure aux horaires serrés, Eve Landry redoute son début d’année 2022, alors qu’elle devra greffer aux tournages de District 31 les répétitions d’Un ennemi du peuple, pièce du dramaturge norvégien Henrik Ibsen, mise en scène par Édith Patenaude, qui sera présentée au Théâtre du Nouveau Monde, à Montréal, à compter du mois de mars.

« Ça risque d’être infernal. Mais je suis préparée. Je connais déjà mon texte. J’ai commencé à l’apprendre aussitôt que j’ai accepté District parce que je voyais ça venir de loin. »

« Heureusement, je suis bien entourée. On a deux grands-mamans très présentes. Le frigo est rempli. Je suis chanceuse d’avoir autant d’aide. Je peux faire mon travail le soir à tête reposée. »

District 31 est diffusée sur ICI Télé du lundi au jeudi à 19 h.

Doute raisonnable est offerte sur l’Extra d’ICI Tou.tv. La série sera présentée sur ICI Télé à l’hiver.