Luc Dionne a pleuré en écrivant la dernière semaine de District 31. La scène finale de l’épisode de lundi, quand tout le poste apprend la mort de Stéphane Pouliot (Sébastien Delorme), est particulièrement venue le chercher. « J’ai braillé quand je l’ai écrite, raconte l’auteur au bout du fil. C’était tough. »

Marc-André Lemieux
Marc-André Lemieux La Presse

Luc Dionne n’a pas trop eu conscience de l’émoi qu’a causé la mort du sergent-détective au crime organisé au cours des derniers jours. Il n’a pas cherché à prendre le pouls des téléspectateurs à la suite du départ forcé de Gabrielle Simard (Geneviève Brouillette) non plus. L’auteur a préféré se tenir loin des réseaux sociaux pour continuer d’écrire sans trop de distractions.

En entrevue, on comprend qu’en orchestrant les sorties successives de Poupou et de Gabrielle, deux membres du noyau central de District 31, Luc Dionne souhaitait générer de nouvelles intrigues. Après cinq saisons, 600 épisodes et 24 000 pages de texte, on peut concevoir le besoin de « brasser les cartes », d’autant qu’au cours de l’été, le retour au boulot s’est avéré somme toute difficile.

« Aujourd’hui, les choses vont mieux. J’ai repris mon rythme, mais quand j’ai recommencé, c’était long, c’était ardu. J’avais l’impression de repartir à zéro. Les semaines avant, j’étais maussade et marabout. Je savais que mes vacances achevaient. »

« J’ai très mal servi le personnage »

La décision d’abandonner les personnages de Stéphane et de Gabrielle s’est prise au cours d’une réunion avec Fabienne Larouche et Michel Trudeau, producteurs de District 31.

PHOTO KARL JESSY, FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Sébastien Delorme a campé le sergent-détective Stéphane Pouliot dans District 31 pendant cinq ans.

De son propre aveu, Luc Dionne était insatisfait des intrigues qu’il avait écrites pour Stéphane Pouliot l’an dernier.

J’ai très mal servi le personnage. Sébastien Delorme serait probablement d’accord. Poupou faisait toujours les mêmes affaires. Il allait voir François Labelle, ils parlaient, pis Labelle finissait en disant quelque chose comme : “Check ton cul, Pouliot.” J’en avais assez.

Luc Dionne

Quant à Gabrielle, on imagine qu’après les évènements des 12 derniers mois (enlèvement de sa fille, mort de son père, meurtre de son conjoint), Luc Dionne voyait mal ce qu’il pouvait lui offrir d’original.

« Pour les acteurs, c’est difficile d’apprendre que, tout à coup, c’est fini, reconnaît le scénariste. Ils travaillent huit mois par année ensemble, cinq jours par semaine. En plus, il y a un esprit d’équipe de fou sur District 31. Mais c’est comme ça. C’est le métier qu’on a choisi. Je l’aimais, Poupou. Sébastien, c’est un bon gars. Même affaire pour Geneviève. »

PHOTO KARL JESSY, FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Geneviève Brouillette a joué la lieutenante-détective Gabrielle Simard durant trois ans dans District 31.

Un choc

Parlant de Geneviève Brouillette, la comédienne semblait sereine quand nous l’avons jointe au téléphone, au lendemain des adieux de Gabrielle. Des adieux suivis par 1 618 000 téléspectateurs jeudi soir, selon les données préliminaires de Numéris.

Ç’a été un choc, cet été, quand on m’a dit qu’elle allait partir après quatre semaines. Je ne l’avais pas vu venir. Mais après 48 heures, c’était correct. J’étais prête à passer à autre chose. C’est la réalité du métier. C’est bien ingrat, et c’est un peu cruel, mais c’est comme ça.

Geneviève Brouillette

Amère, irritable et surtout fragile, Gabrielle s’était transformée en véritable presto – comme disait Sonia (Pascale Montpetit) – au cours des dernières semaines. Malgré tout, l’actrice continue de défendre sa lieutenante-détective, qu’elle a incarnée durant trois saisons.

« Les acteurs, on est comme les avocats de nos personnages. On est toujours en train de plaider pour eux. Gabrielle avait ses torts, mais je trouvais qu’elle avait raison d’être frustrée. Depuis le début, chaque fois qu’il arrivait quelque chose de grave, personne n’écoutait le règlement, on remuait ciel et terre pour trouver ce qui s’était passé. Mais quand son mari est mort, c’était comme, bof, tout le monde s’en fout ! »

Cadeau inestimable

Geneviève Brouillette, qui poursuivra les tournages de 5e Rang en novembre, s’ennuiera des autres comédiens de District 31, bien entendu, mais elle s’ennuiera également de jouer huit mois par année, une rareté dans l’industrie.

District, c’est sans arrêt, toutes les semaines. C’est un cadeau inestimable parce que c’est ce que j’aime le plus faire dans la vie. »

Geneviève Brouillette

« Quand tu es acteur, tu es un peu comme un athlète, c’est-à-dire que plus tu t’entraînes, plus tu t’améliores, poursuit-elle. District, c’est vraiment comme un sport extrême. C’est juste des one takes… et tu as des scènes assez intenses à jouer. Tu apprends à te diriger. Ce n’est pas une job que tu peux faire à moitié. Tu es obligé de donner ton 100 %. C’est un exercice extraordinaire. »

Projet Viking

Du côté des intrigues à suivre au cours des prochaines semaines dans District 31, mentionnons évidemment la progression du projet Viking. Visant à élucider la mort de Poupou, cette enquête secrète devrait passablement occuper les sergents-détectives Bissonnette (Vincent-Guillaume Otis), Gagné (Michel Charrette) et Jacob (Marc Fournier).

PHOTO KARL JESSY, FOURNIE PAR LA PRODUCTION

Michel Charette (Bruno Gagné), Marc Fournier (Yves Jacob) et Vincent-Guillaume Otis (Patrick Bissonnette) dans District 31

Le trio tentera également de coincer le policier aux stupéfiants Denis Corbin (Paul Doucet), plongé jusqu’au cou dans cette histoire.

« Cette affaire va montrer de quelle façon un enquêteur ripou est capable de mêler autant de monde », signale Luc Dionne.

Sébastien Delorme et Geneviève Brouillette seront à Tout le monde en parle dimanche à 20 h à ICI Télé.