Contrairement à nombre de productions américaines tournées à Montréal, qui évoquent Paris, New York ou Boston, The Voyeurs permet d’admirer la métropole québécoise dans toute sa splendeur. Thriller aux accents comiques et érotiques, offert depuis peu sur la plateforme Prime Video d’Amazon, le film met en vedette une comédienne montréalaise, Katharine King So. La Presse lui a parlé.

Samuel Larochelle Collaboration spéciale

Née à Vancouver, Katharine King So a déménagé à Montréal pour ses études il y a bientôt 10 ans. Elle a tourné The Voyeurs quelques mois avant la pandémie. « Plus de 95 % du film a été tourné ici, sauf une scène qu’on a tournée un an plus tard à Los Angeles, explique-t-elle en entrevue téléphonique. La production a vraiment mis de l’avant Montréal et plusieurs de ses traits distinctifs. Je trouve que la ville a une image sexy et cool qui donne envie de la visiter. »

Dans cette histoire écrite et réalisée par Michael Mohan, deux amoureux deviennent obsédés par leurs nouveaux voisins, dont ils peuvent voir les faits et gestes dans l’appartement d’en face. « Avec le temps, ils finissent par se concentrer davantage sur la vie de leurs voisins que sur la leur, résume Katharine King So. La situation se dégrade rapidement, mais il ne s’agit pas seulement d’un suspense, car il y a beaucoup d’humour. Mon personnage sert d’ailleurs de ressort comique dans le film. »

Incarnant Ari, meilleure amie et collègue du personnage interprété par Sydney Sweeney (Euphoria), la Montréalaise a eu l’occasion de jouer une jeune femme confiante et vive d’esprit qui ne se gêne pas pour donner l’heure juste à son entourage. « Dès la lecture du scénario, j’ai eu une idée très claire de qui elle était : Ari est l’extension de moi au summum de ma confiance. »

Elle a d’ailleurs reçu un sacré beau compliment de la part du réalisateur en amont du tournage. « Il m’a dit que je comprenais mieux le personnage qu’il ne pourrait jamais le comprendre et que tout ce que j’amenais dans la discussion rendait Ari plus intéressante. C’était très sécurisant et valorisant. »

Un rare personnage queer asiatique

Ouvertement queer, Katharine King So se dit heureuse d’interpréter un personnage lesbien qui déjoue les clichés. « D’abord, Ari n’a rien de la lesbienne triste qui se prélasse sur une plage avant de mourir, comme dans tant de films où les personnages LGBTQ+ subissent une forme de punition. Elle est en couple avec une femme, sans que ce soit central à l’histoire. Elle existe au même titre que les autres personnages. Ça fait du bien à voir ! »

En 2021, l’actrice sent encore des relents du Code Hays, un système de censure empêchant toute forme de représentation de la diversité sexuelle ou de la pluralité de genres, qui a sévi aux États-Unis entre 1934 et 1966. « Encore aujourd’hui, des films qui se disent progressistes mettent en scène des personnages de lesbiennes mélancoliques ou qui finissent par se faire éliminer… »

L’actrice est également très fière d’offrir une représentation LGBTQ+ et asiatique : une rareté dans l’espace médiatique.

Une personne de l’industrie cinématographique m’a déjà dit que le grand public n’était pas prêt à accueillir un personnage queer et asiatique. Pourtant, c’est ce que je suis tous les jours. Je trouvais donc ça très cool de voir que Michael Mohan pensait que les cinéphiles pouvaient “gérer” ça et que j’étais la meilleure personne pour son personnage.

Katharine King So

Katharine King So parle du tournage du film The Voyeurs comme l’une de ses plus belles expériences en carrière. « Michael faisait confiance aux acteurs. Il nous donnait une grande liberté pour jouer, pour lui faire des suggestions et même pour improviser quelques lignes. C’était un plateau léger et pimpant, même si on tournait un suspense. »

Un métier qui l’a choisie

Ironiquement, elle a failli ne jamais goûter à cette expérience devant la caméra. Après avoir consacré beaucoup de son temps au jeu durant sa jeunesse, elle a étudié pour devenir cinéaste à l’école Mel Hoppenheim de l’Université Concordia.

« Après coup, j’ai tout fait pour gagner de l’expérience dans le domaine : effets spéciaux, éclairage, montage, réalisation, production, casting. À force de travailler avec les acteurs, je me suis dit que je serais capable de faire comme eux. Ça m’a rappelé à quel point j’aimais jouer et j’avais la conviction que ça pourrait encore me procurer de la joie. »

Elle a donc choisi de redonner une chance au métier d’actrice. « Finalement, j’en vis à temps plein ! » Ce qui ne l’empêche pas d’avoir des projets d’écriture et de production en parallèle. « J’ai plusieurs idées de séries télé qui ont été présentées à des diffuseurs, dont un documentaire humoristique, aux allures de sitcom, sur un joueur de trivia à l’école secondaire. L’histoire est en partie basée sur mon frère qui est classé très haut au Canada. » Les téléspectateurs pourront aussi la voir dans la deuxième saison de Transplant, série dans laquelle elle joue le rôle d’une ambulancière.

The Voyeurs est offert sur Prime Video

Une version antérieure de ce texte désignait l'actrice comme Katharine King. Son nom complet est désormais Katharine King So.