Il est devenu un phénomène après seulement quelques secondes à l’écran ! Les fans de Star Wars étaient déjà convaincus, mais quand L’Enfant – un « bébé » de 50 ans de la même espèce que Yoda – est apparu à la fin du premier épisode de The Mandalorian, l’intérêt pour cette série a décuplé.

Pascal LeBlanc Pascal LeBlanc
La Presse

Créée par Jon Favreau (Elf, Iron Man, The Lion King), The Mandalorian est la première série en prise de vue réelle tirée de l’univers de Star Wars. Elle met en vedette Pedro Pascal (Narcos) dans le rôle de Din Djarin, un chasseur de prime qui obéit au code des Mandaloriens. La série a repris où elle s’était arrêtée en décembre dernier avec le premier épisode de la deuxième saison – le neuvième chapitre – mis en ligne vendredi sur la plateforme de diffusion en continu Disney+.

Avec 11 longs métrages, de nombreuses séries animées, des dizaines de jeux vidéo et des centaines de livres et de bandes dessinées, l’univers de Star Wars est extrêmement vaste et son style est bien défini. Pour se distinguer, Jon Favreau et ses collaborateurs ont choisi de s’inspirer de ce qui avait d’abord inspiré George Lucas quand il a créé son épopée galactique dans les années 1970. Ainsi, l’influence des westerns et des films de samouraïs est bien présente dans The Mandalorian. Et cela est peut-être encore plus évident dans ce nouvel épisode intitulé The Marshal.

Le loup solitaire et son petit dans le désert

Lone Wolf and Cub est un manga publié au début des années 1970, qui a plus tard été adapté au cinéma, au théâtre et à la télévision. À l’instar de ce récit japonais classique, The Mandalorian suit les péripéties d’un homme autrefois payé pour tuer des gens et d’un enfant qu’il protège désormais. Alors qu’ils s’étaient fait des alliés au cours des huit premiers épisodes, les deux aventuriers sont de nouveau seuls.

IMAGE FOURNIE PAR LUCASFILM

Din Djarin (Pedro Pascal) et Kuiil (Nick Nolte) dans une scène de la première saison de The Mandalorian

Jon Favreau est derrière la caméra pour lancer cette deuxième saison qui commence avec notre duo à la recherche d’autres Mandaloriens qui pourraient les aider à ramener L’Enfant auprès des siens. Rapidement, l’action se déplace sur une planète désertique très bien connue, qui a vu naître un certain Anakin Skywalker. Mando et son petit compagnon se rendent alors dans un minuscule village perdu au milieu des dunes. On entend presque la musique d’Ennio Morricone, mais c’est celle de Ludwig Göransson (Black Panther, Creed) qui résonne et qui contribue de belle façon à nous transporter dans un western de l’espace. Ses compositions parviennent à établir une ambiance bien différente de celle créée par John Williams, sans toutefois la renier.

Les clins d’œil

Une des raisons pour lesquelles une majorité de fans a adoré la première saison est la présence de nombreux clins d’œil, certains d’une subtilité hilarante – le camtono ! Si vous les appréciez, vous pouvez certainement remercier Dave Filoni, authentique nerd de Star Wars qui s’est taillé une place au sein de Lucasfilm grâce à son travail sur la série animée The Clone Wars. En plus d’avoir réalisé deux des huit premiers épisodes, il est l’un des producteurs de The Mandalorian et assure le rôle de « bible ambulante » sur le plateau de tournage, comme on l’apprend dans la série documentaire Disney Gallery.

Grâce à lui, des espèces secondaires des films ont obtenu des rôles principaux, tel celui de Kuiil l’Ugnaught à qui Nick Nolte prête sa voix. Des robots qu’on croyait en pièces détachées ont aussi refait surface : R5-D4, qui a bien failli être acheté par Luke Skywalker avant qu’un bris soudain ne change les plans, est finalement toujours opérationnel.

Des rumeurs indiquent que des personnages très populaires de The Clone Wars pourraient apparaître dans la deuxième saison. Les noms d’Ahsoka Tano – incarnée par Rosario Dawson –, Bo-Katan Kryze et Sabine Wren ont circulé. Nous ne dévoilerons rien, mais il y a encore de multiples clins d’œil, dont un énorme à la toute fin, dans ce nouvel épisode.

PHOTO JUSTIN LUBIN, FOURNIE PAR LUCASFILM

Cara Dune (Gina Carano), Din Djarin (Pedro Pascal) et Greef Karga (Carl Weathers)

La diversité

Une autre force de The Mandalorian est la grande diversité de ses artisans. Ça se voit à l’écran, mais c’est également le cas derrière la caméra. Dave Filoni, Rick Famuyiwa, Deborah Chow, Bryce Dallas Howard et Taika Waititi, des hommes et des femmes aux origines et aux parcours différents, ont chacun tourné un ou deux épisodes de la première saison. « Tout le monde apporte son point de vue et ça finit par nous renforcer et améliorer l’histoire », mentionne Dave Filoni dans Disney Gallery.

Tout comme Bryce Dallas Howard et Rick Famuyiwa, celui-ci est de retour pour la deuxième saison. S’ajoutent à eux Peyton Reed (Bring It On, Ant-Man), Robert Rodriguez (Desperado, Spy Kids) et Carl Weathers, qui incarne Greef Karga dans la série.