Après le « papillonner » de 2018, il y a un nouveau verbe à la mode à Occupation double : saucer. Et c’est le cas de le dire, saucer s’emploie à toutes les sauces cet automne. Analyse d’un microphénomène qui touche la population cisgenre d’une téléréalité hétéronormative, pour paraphraser Pénélope McQuade à la radio de Radio-Canada.

Hugo Dumas Hugo Dumas
La Presse

Commencer à saucer, s’envoyer de la sauce ou mettre quelqu’un dans la sauce, ce mot résonne dans les trois maisons d’OD depuis une semaine déjà. Dans le jacuzzi, Renaud a claironné avec confiance : « Ouin, la semaine prochaine, je vais commencer à saucer. » Traduction ? L’avocat de 31 ans activera bientôt le mode séduction intense.

PHOTO TIRÉE DU COMPTE INSTAGRAM D’OCCUPATION DOUBLE

Renaud et Andréanne à Anticosti

Maintenant, envoyer de la sauce à quelqu’un signifie lui transmettre de l’information importante, voire cruciale. En voyage à Anticosti, Renaud a envoyé de la sauce à Andréanne, 27 ans, dans l’espoir qu’elle lui en redonne en retour. Un pot de sauce pour un plat de potins, c’est gagnant-gagnant.

La sauce n’a toutefois pas pris entre Andréanne et Renaud, qui ont été placés non pas en zone rouge, mais en zone amicale – la célèbre « friendzone » d’Occupation double –, un endroit magique et mythique que Carl a poliment invité Martine à visiter aussi.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK D’OCCUPATION DOUBLE

Mickaël

Enchaînons. Mettre quelqu’un dans la sauce, c’est le plonger dans le danger. Dans le processus d’élimination de dimanche, Mickaël a senti la sauce chaude (désolé !) et sa photo a été glissée dans l’enveloppe maudite. Pour ce Lavallois de 22 ans, la sauce a collé au fond et notre Mickaël, dit Mick, n’aura fait qu’un p’tit séjour à Saint-Jean-de-Matha sans se faire de copine chez les « p’tites madames », selon sa propre expression.

Ah oui, une semaine bien saucée, c’est une semaine bien remplie. Être dans la sauce se traduit par être dans le jus ou être dans le pétrin. Il faut gratter fort pour la dénicher, mais il y a de la matière éducative à OD. Vous remarquerez que le mot « consentement » a même été ajouté au vocabulaire courant des joueurs aux côtés de « sick », « wack » et « set-up ».

Avant de poursuivre, réglons deux dossiers chauds. La belle Naadei, qui refuse de dévoiler son âge dans l’émission, a 34 ans. Elle est donc la doyenne du groupe – et celle qui parle de « vulve intérieure ». Aussi, c’est la mort tragique de son cousin à l’étranger qui bouleverse autant Patrick, pilote d’avion de 24 ans, selon mes taupes à la montagne Coupée. Voilà, vous savez tout.

Dimanche soir, le « french » était sur toutes les lèvres, même si personne n’a encore eu de rapprochement officiel. Le vendeur d’autos Vincent, qui se métamorphose lentement en Olivier Primeau du Beachclub, bavait quasiment en parlant d’Éloïse. « J’ai le goût de lui manger la bouche. J’ai le goût de lui croquer les lèvres comme j’ai croqué mes céréales », a commenté Vincent, 23 ans, « tellement down » pour tout.

Par contre, son Éloïse, 28 ans, est très « sensible d’émotions », ce qui est son « tendon d’Achille », nous a-t-elle révélé avec une belle candeur. Pour la maquilleuse professionnelle Julie, il n’y a que Patrick, Patrick et Patrick. Pourquoi ? Parce que Patrick est « fucking chaud, c’est fucking genre un prince du désert », a commenté Julie, sans doute une grande fan de Lawrence d’Arabie.

Attendez. Il y a également Renaud qui clignote sur l’écran radar de Julie, 29 ans. Pourquoi ? « Fucking Renaud, je le trouve chaud raide, yé intéressant, yé isotérique [sic] », a poursuivi Julie, à une voyelle de trouver les bons mots. On lâche pas, gang !

Parlant de consonnes et de voyelles déficientes, le sympathique Carl avec un C, 26 ans, se demande quels garçons font « l’unamité » dans la maison des filles. Si proche, mon Carl, si proche. À deux lettres de la bonne réponse.

La déception jusqu’à présent ? Stacey, 25 ans, qui ne ressort pas du lot, contrairement à ce que son portrait de femme tigresse dégageait.

Peut-être que les gars ne « sontaient » pas à son goût, pour reprendre un verbe que Stacey conjugue systématiquement mal.

En voyage sur les ailes d’Air Guru, pardon, d’Air OD, Andréanne, 27 ans, a été confuse par rapport à son activité de pêche à la mouche. Euh, on pêche des mouches ou du saumon ici ? Un moment OD/Jessica Simpson que je qualifierais de classique.

Puis, un brin de poésie biologique, gracieuseté de Renaud : « L’amour, c’est comme un pet. S’il faut que tu le forces, c’est probablement de la marde. » Il n’a pas tort, Renaud, malheureusement.

Selon les audimètres de Numeris, Occupation double a attiré 465 000 fans sur Noovo. Du côté de TVA, La voix a perdu quelques plumes par rapport à la semaine dernière, passant de 1 459 000 à 1 288 000 téléspectateurs.

À Radio-Canada, le retour de Tout le monde en parle a été suivi par 1 010 000 fidèles. Vlog a bien tiré son épingle du jeu avec une audience évaluée à 809 000 personnes.