Après six saisons d’On prend toujours un train à Radio-Canada, Josélito Michaud n’en pouvait juste plus. Trop de drames à porter, trop de confidences à encaisser, l’animateur et producteur a tout débranché.

Hugo Dumas Hugo Dumas
La Presse

« Je n’étais plus capable. Je recevais des centaines de lettres, des milliers de courriels de gens qui me racontaient leurs drames. Je n’étais pas outillé pour leur répondre. J’essayais de les référer et moi-même, j’ai été consulter », confie Josélito Michaud en visioconférence.

Après un détour par la fiction (il a coproduit la télésérie Olivier, basée sur sa vie), Josélito Michaud renoue avec les sujets humains complexes dans sa nouvelle série d’entrevues Josélito au cœur du monde, qui part en orbite samedi à 20 h, tout de suite après l’émission spéciale de la rentrée d’En direct de l’univers à Radio-Canada.

PHOTO FOURNIE PAR RADIO-CANADA

Josélito Michaud retrouve les sujets humains complexes dans Josélito au cœur du monde.

J’ai vu les deux premiers épisodes – sur un total de sept –, et les fans de l’intervieweur y retrouveront sa bienveillance et son écoute. C’est comme visionner un hybride entre Le match de la vie et Deuxième chance. Si ces références vous allument, Josélito au cœur du monde vous plaira. C’est touchant sans être téteux.

L’idole de Josélito s’appelle Oprah et leurs styles télévisuels empathiques se ressemblent. Et comme Josélito s’entretient avec du « monde ordinaire » et non des vedettes, je l’écris ici sans aucun mépris, il y a une couche de flatterie qui saute, ce qui lui permet de poser des questions plus corsées, sans coincer les invités.

PHOTO FOURNIE PAR RADIO-CANADA

Daniel Benson

Dans l’épisode de samedi, nous rencontrons des citoyens qui ont commis l’irréparable. Comprendre : ils ont tué. Déjà vu dans le train de Josélito, Daniel Benson a abattu le conjoint violent de sa mère Micheline Turcot. Le meurtre a été perpétré à Oka, en juin 1982.

En plus de confesser Daniel Benson sur ses idées suicidaires, ses 17 ans d’incarcération à Parthenais et son sentiment permanent de culpabilité, Josélito rencontre la veuve – et mère du tueur – Micheline Turcot, ainsi que la demi-sœur de Daniel Benson, celle dont le papa a été assassiné.

Souvent, c’est plus intéressant d’entendre les victimes collatérales que l’individu au cœur du drame.

Règle d’or à laquelle il ne déroge pas, Josélito garde ses larmes et ses états d’âme pour lui. Il relance habilement les discussions et ne juge pas.

Toujours dans le premier épisode, Josélito Michaud revient sur la cavale meurtrière très médiatisée de Frédérick Gingras, qui a tué deux personnes à Pointe-aux-Trembles, en décembre 2016, avant de s’enfuir vers Brossard avec la police à ses trousses.

Le témoignage de la tante du meurtrier schizophrène, Caroline Morin, est hyper poignant, tout en retenue. La sœur de Frédérick Gingras, Amy, a mis trois ans avant d’être capable de rendre visite à son frère à Pinel.

Le deuxième épisode (19 septembre à 20 h) suit deux mères porteuses québécoises, Marie-Ève Lamothe et Josianne Audet. Je l’ai trouvé moins percutant que le premier. Par contre, les retrouvailles entre Marie-Ève et le couple pour qui elle a porté le petit Thomas procurent de gros frissons d’émotions. Josélito au cœur du monde a été tourné avant la COVID-19, ce qui permet aux protagonistes de s’étreindre longuement.

Dans les semaines à venir, Josélito parlera à des survivants d’attentats (mosquée de Québec, Polytechnique), dont Pauline Marois.

Les deux rentrées rivales

TVA et Noovo ont célébré, lundi soir, la rentrée télévisuelle chacun à leur façon. TVA a opté pour sa formule classique et prévisible, quoiqu’efficace, de réunir les têtes d’affiche de sa prochaine saison dans le décor modifié de Sucré, salé.

Noovo a préféré s’installer au Centre Bell et offrir un contenu musical varié et dénué de plogues pour sa programmation. Bien sûr, les animateurs de la chaîne (Julie Snyder, Jay Du Temple, Marie-Lyne Joncas) ont rappelé le titre de leurs émissions, mais n’en ont pas beurré plus que le client en demandait.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE NOOVO

Noovo s'est installé au Centre Bell pour sa rentrée télévisuelle.

Résultat sur Noovo ? Un party éclaté et rythmé avec Les Cowboys fringants, Marie-Mai, Imposs, FouKi, Koriass, Les Louanges, Half Moon Run, Roxane Bruneau, Loud, Charlotte Cardin et j’en passe. C’était jeune, diversifié et actuel.

Une fausse note dans cette Fête de la rentrée ? La portion humoristique, qui faisait vieillotte. Sinon, cette heure et demie a filé comme l’éclair, dont une jolie finale avec Daniel Bélanger.

Chez TVA, Patrice Bélanger a reçu, entre autres, Guy Jodoin, Charles Lafortune, Marc Dupré, Gino Chouinard, Mario Dumont, Marie-Claude Barrette, la gang de La voix et Marie-Eve Janvier dans la formule légère de Sucré, salé. Peu de grandes révélations au final, mais un magazine sympathique.

Initialement, TVA prévoyait diffuser sa rentrée le dimanche 13 septembre, mais l’a déplacée directement contre La fête de la rentrée de Noovo. Ce déménagement stratégique, légitime dans un contexte de guerre des réseaux, annonce les couleurs « rouge vif » de notre automne télévisuel.