Annulation du gala Artis à TVA, pause indéterminée pour La poule aux œufs d’or, suspension du tournage de la deuxième saison de La faille du Club illico et arrêt des activités sur District 31 : c’était inévitable que le monde de la télé québécoise subisse les contrecoups de la pandémie de coronavirus.

Hugo Dumas Hugo Dumas
La Presse

Mardi matin, alors que l’équipe s’installait dans un petit restaurant de la Rive-Sud, des techniciens de District 31 ont exercé leur droit de refus de travailler, jugeant leur santé compromise par autant de proximité, indique le directeur général de l’Alliance québécoise des techniciens de l’image et du son (AQTIS), Gilles Charland.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE DE L'ÉMISSION

Le tournage de District 31 est stoppé. Et rien n’indique que les derniers épisodes seront tournés ce printemps.

Le tournage a été stoppé sur-le-champ. La productrice Fabienne Larouche, d’Aetios, a revu toutes les mesures d’hygiène déjà instaurées et réaménagé le calendrier de production pour redémarrer la machine. Rien à faire. Il semble impossible de boucler les aventures de Bruno, Poupou et Pat au pays des bandits.

Ce qui n’aide pas, non plus, c’est que trois acteurs principaux de District 31 (Geneviève Schmidt, Michel Charette et Catherine St-Laurent) ont quitté le Canada pendant la semaine de relâche et leur isolement préventif ne se termine que le 23 mars.

« Nous ne sommes plus capables de faire des horaires de tournage, notamment en raison de la non-disponibilité des acteurs », explique Fabienne Larouche au bout du fil.

Selon toute vraisemblance, même si aucune confirmation n’a été donnée, ça semble fini, kaput, terminado pour les huit derniers épisodes de la quatrième saison du populaire feuilleton policier de Radio-Canada.

L’année en cours s’achèverait donc le jeudi 2 avril sur des intrigues non résolues.

La deuxième saison de La faille, destinée au Club illico de Vidéotron, a aussi été mise en veilleuse. Le producteur Charles Lafortune, de Pixcom, en a informé les artisans lundi soir, dont les actrices Isabel Richer et Maripier Morin.

Et comme cette minisérie policière se déroule en plein hiver, la suspension des tournages complique beaucoup la suite des choses.

Ni Charles Lafortune ni Nicola Merola, de Pixcom, qui manufacturent La faille, n’ont voulu se prononcer mardi. Personne chez TVA ne m’a rappelé non plus. Youhou ! Z’êtes là ?

Toujours à TVA, les enregistrements de La poule aux œufs d’or ont été interrompus pour une période indéterminée. Une première en 27 ans d’histoire de ce tirage télévisé.

Quant au gala Artis, prévu le dimanche 10 mai, il a été torpillé pour respecter l’interdiction des rassemblements publics imposée par le gouvernement québécois.

Une idée, comme ça : ce serait chouette que TVA publie la liste des nommés ainsi que le nom des gagnants des Artis, sans nécessairement organiser une immense fête télévisée. Il s’agirait d’un beau coup de chapeau pour les artistes et leurs fans.

La règle de conserver un mètre de distance entre les gens complexifie les tournages de téléséries. Concrètement, cela signifie que les personnages ne peuvent plus s’embrasser, se serrer dans leurs bras ou dormir dans le même lit.

Comment raconter des histoires crédibles dans de telles conditions restrictives ? Le producteur Louis Morissette, de KOTV, se pose la question. Fin mars, début avril, KOTV enclenchera, en principe, le tournage de la troisième saison de Plan B avec Pier-Luc Funk dans le rôle principal, de même que celui de la comédie L’œil du cyclone avec Julie Le Breton et Véronique Cloutier.

« Comme personne, je souhaite arrêter toutes mes productions, mais comme producteur, mes réalités contractuelles ne me le permettent pas. Qu’est-ce que je fais ? Tous les contrats sont signés », constate Louis Morissette.

Pour les émissions de variétés, comme En direct de l’univers, toujours à l’horaire samedi soir, c’est plus simple de garder un espace de sécurité entre les convives.

En direct lundi soir, devant des gradins vides, Julie Snyder a sorti son mètre de bois, comme à la petite école, pour s’assurer que personne ne se touche sur le divan. L’animatrice, hypocondriaque assumée, portait une robe « rouleau de papier de toilette » de circonstance, qui a été confectionnée en 1998 pour Le Poing J.

Le week-end dernier, un « SWAT team » a désinfecté les 30 000 pieds carrés des studios et bureaux qu’occupe La semaine des 4 Julie dans le complexe MTL Grandé, dans le sud-ouest de Montréal.

La production du talk-show de V suggère fortement aux invités de se maquiller et de se coiffer eux-mêmes. Des trousses individuelles ont été prévues pour ceux et celles qui ne disposeraient pas de poudre matifiante ou de fond de teint à la maison.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE DE L'ÉMISSION

Il reste 10 émissions de La semaine des 4 Julie,
talk-show animé par Julie Snyder.

Boîtes à lunch au lieu d’un buffet, contrats signés à distance, équipes réduites, télétravail et aucun accompagnateur permis pour les vedettes : des mesures strictes ont été implantées pour assurer la santé et la sécurité des employés.

Il reste 10 émissions de La semaine des 4 Julie avant la fin de la saison actuelle. La démone se rendra-t-elle jusqu’au bout de son contrat ? Les décisions se prennent au jour le jour.

Mais pour paraphraser Julie Snyder, « le seul rassemblement possible est celui que permet la télévision, en rassemblant les gens, même s’ils sont chacun chez soi. Nous sommes des milliers, en ce moment, ensemble, et nous allons vivre ces temps difficiles ensemble en s’informant et en se distrayant aussi. Parce que quand le moral est bon, on peut tout traverser ».

Bien dit, Julie.