Nos émissions de variétés se tournent sans public, mais qu’en est-il de nos fictions au temps de la COVID-19 ? Alors que les Américains ont mis un terme au tournage d’un nombre incalculable de séries, les producteurs d’ici sont aux aguets : pas question de mettre en péril la santé de leurs équipes.

Richard Therrien
Le Soleil

« Ça dépasse la télévision », m’a confié Charles Lafortune, qui était à Québec lundi sur le plateau de La faille, dont il est un des producteurs chez Pixcom. Le tournage de la deuxième saison, qui se déroule en partie au Château Frontenac, en est à peine à sa sixième journée sur un total de 50. « On va sûrement devoir reporter. Si quelqu’un était malade, on ne peut pas risquer que tout le plateau soit contaminé », affirme le producteur, en contact constant avec les syndicats et le diffuseur, Club illico. Une cinquantaine de personnes travaillent sur un tel plateau, en plus des figurants occasionnels.

>> Lisez l’article complet sur le site du Soleil