Une vidéo préenregistrée dans laquelle le comédien Alec Baldwin décochait une flèche en direction de l'empire médiatique de Rupert Murdoch a été coupée au montage, dimanche soir, lors de la cérémonie des Emmys. C'est l'acteur qui l'a exigé.

Lynn Elber ASSOCIATED PRESS

Alec Baldwin s'est montré vexé que le réseau télévisé Fox, qui diffusait la soirée, ait censuré une blague portant sur le scandale des écoutes téléphoniques qui a secoué l'entreprise du magnat de la presse australien, et en particulier le tabloïd britannique News of the World.

Le comédien de 30 Rock incarnait, dans cette vidéo, un président fictif de l'Académie de la télévision aux côtés de l'animatrice de la soirée des Emmys, Jane Lynch.

On le voyait apparemment lancer: «Rupert, est-ce que c'est toi?» en plein milieu d'une conversation téléphonique, suggérant que le patron était au bout de la ligne et qu'il espionnait l'échange.

Le réseau Fox est une propriété de News Corp, tout comme le journal News of The World.

Les dirigeants du réseau ont jugé qu'il était inapproprié de se moquer d'un dossier qui est pris au sérieux par l'entreprise.

Alec Baldwin n'était pas présent à la cérémonie des Emmys. Il se trouvait à New York pour célébrer l'anniversaire du crooner Tony Bennett.

Il s'est néanmoins tourné vers le réseau Twitter pour faire part de sa divergence d'opinion. Selon lui, Fox a éliminé une blague «qui aurait fait mieux paraître» le réseau.

«Si j'étais en plein milieu d'un scandale où j'aurais mis sur écoute les familles d'une victime innocente exclusivement pour le profit, je voudrais le voir disparaître aussi», a-t-il ajouté en faisant référence à l'histoire de Milly Dowler, cette adolescente de 13 ans portée disparue dont la messagerie vocale a été piratée par les journalistes du News of the World.