Il n'était question que de ça - ou presque - les lendemains de diffusion de la série Aveux écrite par Serge Boucher et réalisée par Claude Desrosiers: au boulot comme à la maison, les langues se faisaient aller, les suppositions les plus diverses étaient évoquées.

Sonia Sarfati LA PRESSE

L'exploit, pour qui attendait la sortie du coffret DVD, a été de ne rien entendre, ne rien retenir, ne surtout pas faire les liens. Histoire de pénétrer vierge dans cet univers prenant. Ce sera chose possible dès mardi.

Disons simplement, sans en dire trop, que tout commence par Simon (Maxime Denommée), qui va livrer un sofa chez un client (Benoît McGinnis). Surprise pour celui qui lui ouvre la porte et pour celui qui s'apprête à la franchir. Enfants et adolescents, ils ont été grands amis. Un drame a fait éclater leur relation. À 18 ans, Simon, qui s'appelait alors Carl, a coupé les ponts avec ses parents (Guy Nadon et Danielle Proulx), sa soeur (Évelyne Brochu), ses copains. Aujourd'hui, 15 ans plus tard, il a une femme (Catherine Proulx-Lemay), une belle-famille. Une autre vie, qu'il a enrobée de plusieurs couches de mensonges. Il faut 12 épisodes pour les enlever toutes et découvrir la vérité.

Le verdict concernant Aveux en consommation concentrée? L'histoire écrite par Serge Boucher et que Claude Desrosiers a réalisée de brillante façon est de ces histoires qui rendent accro. Ce qui est en fait assez rare dans les séries réalistes: ce sont en effet les Lost et 24 qui nous font prendre racine devant le petit écran. Complexe et intrigante, Aveux provoque semblable réaction, et se regarde en mode boulimique quand on a tous les épisodes sous la main.

On sort de l'aventure rassasié. D'accord, certaines scènes semblent un peu trop explicatives quand on enfile les épisodes (trop) rapidement. D'accord, la ligne dramatique concernant les véritables parents de Simon/Carl est peut-être de trop (même si elle est l'occasion de voir une formidable performance de René Gagnon). D'accord, tout cela finit un peu trop bel et bien pour tous.

N'empêche. Aveux, c'est de la télé comme on en veut (plus).

AVEUX - CRÉÉE PAR SERGE BOUCHER ET RÉALISÉE PAR CLAUDE DESROSIERS. AVEC MAXIME DENOMMÉE, CATHERINE PROULX-LEMAY, GUY NADON, DANIELLE PROULX.

*** 1/2