Le festival Montréal Complètement cirque dévoile ce jeudi les titres des spectacles qui animeront le pôle de la Cité du cirque du 7 au 17 juillet.

Publié le 5 mai
Stéphanie Morin
Stéphanie Morin La Presse

Plus que jamais, le site de la Tohu se veut une destination à part entière pour les festivaliers. En effet, pas moins de six spectacles seront présentés dans la salle principale, sous les chapiteaux, sur les terrains bordant la Tohu pendant la durée du festival. Deux autres productions s’installeront à l’École nationale de cirque, à un jet de pierre de là.

« Le site de la Tohu sera spectaculaire, très vivant », indique Nadine Marchand, directrice de Montréal Complètement cirque. « Le public va pouvoir déambuler d’un spectacle à un autre, d’un univers à un autre. » Comme l’an dernier, le site accueillera un bistro – « avec un chef cette année », dit Nadine Marchand –, des espaces de pique-nique et plusieurs scènes intérieures et extérieures.

L’an dernier, on apprivoisait le site ; cette année, on s’installe plus encore.

Nadine Marchand, directrice de Montréal Complètement cirque

« La programmation sera très diversifiée, poursuit Nadine Marchand. Après deux ans de pandémie, on peut enfin accueillir de nouveau des compagnies internationales et découvrir de nouveaux univers. Plusieurs compagnies des pays nordiques seront présentes cette année. Elles proposent des spectacles très raffinés, très contemporains, très beaux. »

PHOTO DENIS MARTIN, FOURNIE PAR MONTRÉAL COMPLÈTEMENT CIRQUE

Le spectacle Hiatus s’adresse aux tout-petits de 2 ans et plus.

Autre fait à noter : deux spectacles destinés aux tout-petits ont trouvé une place dans la programmation. Hiatus, de la compagnie québécoise La marche du crabe (à partir de 2 ans), sera présenté en extérieur du 9 au 11 juillet, et Piste Piste Piste (à partir de 4 ans), de la troupe finlandaise Portmanteau, s’installera à l’École nationale de cirque les 14, 16 et 17 juillet. « Il y a une grande demande pour les spectacles pour enfants, et avoir deux productions au programme, c’est rare ! », lance Nadine Marchand.

C’est toutefois une création grand public qui fera office de spectacle d’ouverture de Montréal Complètement cirque : Après la nuit, présenté dans le bâtiment même de la Tohu pendant toute la durée du festival. Spécialement conçue pour cette salle circulaire à très hauts plafonds, cette création dirigée par Benoît Landry (Seul ensemble) mettra l’accent sur les acrobaties aériennes, mais aussi sur la musique. En effet, le trio Chances s’exécutera en direct au centre de la scène, entouré de 12 acrobates et danseurs. Le 2 juillet ainsi que du 5 au 16 juillet.

Sous le grand chapiteau dressé sur le site, la troupe québécoise Gypsy Kumbia Orchestra proposera Barka. Inspiré de la cumbia colombienne, ce spectacle qui s’annonce très festif mêlera danse, cirque et musique. Accordéon, violon, clarinette, cuivres et percussions se chargeront d’en mettre plein les oreilles aux spectateurs. Du 6 au 17 juillet.

Du 8 au 11 juillet, le public est convié à une « expérience étonnante, entre cirque et danse », avec Fase, un spectacle qui arrive des Pays-Bas, présenté dans le hall du bâtiment principal. Ici, les corps des trois interprètes ne forment qu’un seul organisme mouvant, en constante évolution.

La très colorée Famille Goldencrust, imaginée par le couple Tamara Bousquet et Philippe Trépanier, des Deux de Pique, revient pour la deuxième année, mais dans une formule renouvelée. Cette fois, elle pourra stationner son motorisé dans un espace qui lui sera entièrement réservé. Au programme : humour et cirque inspirés des campings floridiens et de leur faune bigarrée ! Du 8 au 10 juillet et du 13 au 17 juillet.

PHOTO LOVE KJELLSSON, FOURNIE PAR MONTRÉAL COMPLÈTEMENT CIRQUE

Le spectacle Plast sera présenté par la compagnie suédoise ENT.

Un deuxième chapiteau installé près de la Tohu accueillera du 12 au 15 juillet Plast, de la troupe suédoise ENT. « Ce spectacle envoûtant nous plonge dans un véritable poème visuel », explique Nadine Marchand.

Finalement, le spectacle Belles places se déploiera sur la scène de l’École nationale de cirque. Créée par l’organisation de cirque guadeloupéenne Métis’Gwa, cette production met en vedette quatre artistes féminines. On y aborde, dans un mélange de danse caribéenne et de cirque, la place que la femme occupe dans la société. Une belle façon de célébrer la féminité !

À noter : la programmation extérieure du festival sera dévoilée ultérieurement. Mais déjà, Nadine Marchand promet qu’elle sera « de très grande envergure » et que plusieurs nouveautés seront proposées dans le Quartier latin. À suivre.

Consultez le site de Montréal Complètement cirque