Alors que 18 spectacles étaient annulés avant les Fêtes, Broadway fait face à une fermeture massive de ses théâtres en raison de la vague pandémique.

Publié le 17 janvier
Marissa Groguhé
Marissa Groguhé La Presse

Les artistes et artisans de Broadway ont la permission de retourner au travail, mais le variant Omicron a son mot à dire dans le bon déroulement de cette reprise. Les spectacles les plus courus en temps normal (comme Hamilton ou Six) ne parviennent plus à vendre tous leurs billets. Seuls 62 % des sièges étaient occupés durant la première semaine de janvier à Broadway, rapporte le New York Times, le résultat le plus bas depuis la grève des musiciens de 2003.

Quelque 40 millions ont été perçus pendant les semaines de Noël et du Nouvel An, soit 99 millions de moins que les chiffres prépandémie. De plus, de nombreux employés des salles tombent malades, causant une pénurie de main-d’œuvre et des annulations de représentations. Les demandes de remboursements sont si nombreuses que certaines productions rendent plus d’argent qu’ils n’en gagnent, toujours selon le Times.

Neuf spectacles ont été annulés dans le dernier mois seulement, certains producteurs prévoyant une reprise au courant de l’année, d’autres tirant leur révérence pour de bon.

Si on s’attend dans l’industrie à ce que la situation se stabilise éventuellement, on sait que cela coûtera des millions, mais surtout que certaines productions n’y survivront pas et que des carrières toucheront à leur fin d’ici là.