Chez Judi Richards et Yvon Deschamps, Noël, c’est du sérieux. Avec le spectacle Noël chez les Deschamps, qui réunit sur scène Judi Richards, leurs trois filles et deux de leurs petites-filles, c’est comme si tout leur clan nous invitait à fêter avec eux. Nous sommes entrés dans leur bulle familiale tissée serré lors de leur passage au théâtre Gilles-Vigneault, à Saint-Jérôme, dimanche.

Publié le 14 déc. 2021
Josée Lapointe
Josée Lapointe La Presse

La rassembleuse

PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

Judi Richards et l’agente de spectacle Johanne Amyot

« Maman, veux-tu du thé ou du café ? » « Qu’est-ce que vous voulez manger, les enfants ? » Dans la loge, il règne un mélange de décontraction familiale et de fébrilité pré-spectacle. Au cœur de ce charmant chaos, Judi Richards répond aux questions des techniciens, vérifie des détails du déroulement avec l’agente de spectacle Johanne Amyot, amène sa petite-fille à la salle de bains, réussit à s’isoler enfin pour mettre ses verres de contact, enfiler une robe et faire des vocalises, qu’on entend vibrer à travers les murs. « C’est elle, la patronne, c’est sûr ! », s’exclame Yvon Deschamps, dont la présence bienveillante se fait sentir partout. « Toute ma vie, j’ai été là-dedans, alors c’est normal, je suis le chef, le maître ! », dit Judi Richards en souriant.

  • Judi Richards se préparant dans sa loge

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

    Judi Richards se préparant dans sa loge

  • Presque prête !

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

    Presque prête !

1/2
  •  
  •  

Recréer la magie de Noël

PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

Les trois filles Deschamps et leur mère s’amusent en répétition.

Judi et Yvon se retrouvent à la fin des répétitions. Leur plaisir d’être là est réel, entourés de leurs enfants et petits-enfants – ne manquent que leurs deux plus vieux petits-fils. « Noël, ç’a toujours été important pour nous, confie Yvon Deschamps. Quand les enfants étaient petites, on avait toutes sortes d’idées pour qu’elles croient à la magie, à l’esprit de Noël. » Traditionnellement, la famille s’est toujours retrouvée dans son chalet des Laurentides. C’est encore le cas aujourd’hui, et c’est exactement cet esprit que le spectacle veut recréer sur scène. « C’est le plus beau temps de l’année, estime Judi. Un temps d’arrêt, où on change nos habitudes. C’est ce qu’on a de plus beau à offrir. On rit, on chante, on danse, on fait des parades avec n’importe quoi, on joue à des jeux de société, on fait des charades, on cuisine de la bouffe et on n’arrête jamais de faire la vaisselle… » Maintenant qu’ils sont grands-parents, leur démesure a empiré, ajoute-t-elle. « On a encore plus de temps pour décorer la maison ! Même leurs chambres sont décorées avec des lumières de Noël… »

Ensemble

PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

Sarah Deschamps avec son père, Yvon, juste avant d’entrer en scène

Les filles d’Yvon et Judi ne s’en cachent pas : c’est beaucoup pour avoir l’occasion de se retrouver ensemble qu’elles ont voulu faire ce spectacle. « Ce n’est pas qu’on ne veut pas se voir, mais la vie passe vite et on n’a juste pas le temps », dit la plus jeune des trois, Sarah. Grâce à cette petite tournée, c’est autant d’occasions de se retrouver – neuf spectacles en tout, dont l’un d’eux sera présenté ce mardi à la Cinquième Salle de la Place des Arts. « C’est merveilleux de voir mon père aussi. Je suis contente que ma mère ait besoin de lui, ça nous permet de profiter de lui en même temps ! Il l’aide beaucoup, c’est lui qui conduit pendant qu’elle peut être sur son cell, relaxer… être sur son cell ! Il l’aide aussi avec ses costumes, ou si elle oublie quelque chose, il va le chercher. »

Nouvelle tradition

PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

Alba et Luna Santos-Deschamps, avec leur mère, Karine

Maquillage, coiffure, chorégraphies… « Tout est home made ! », lance Karine, qu’on voit ici justement en train de coiffer ses filles Alba et Luna, qui participent aussi au spectacle. C’est d’ailleurs Karine qui a écrit la plupart des pièces de l’album Noël chez les Deschamps, lancé en novembre, et qui font partie du spectacle. « On n’a presque plus de covers : tout le monde chante déjà toutes ces chansons en spectacle. Je me suis demandé : mais qu’est-ce qu’on peut apporter, nous ? Une autre perspective. Mon Noël à moi, celui de mes enfants, personne ne le chante. » Tout en racontant ainsi « leurs » Noëls d’enfance, elles sont conscientes d’être en train de se créer de nouveaux souvenirs. « On s’ajoute une nouvelle tradition, qui nous permet de nous voir et de passer du temps ensemble. »

  • L’aînée des sœurs Deschamps, Annie

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

    L’aînée des sœurs Deschamps, Annie

  • Alba, Karine et Émilie se préparent, peu avant de monter sur scène.

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

    Alba, Karine et Émilie se préparent, peu avant de monter sur scène.

  • Alba Santos-Deschamps

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

    Alba Santos-Deschamps

1/3
  •  
  •  
  •  

Depuis sa création en 2017, le spectacle, qu’elles ont aussi présenté quelques fois en 2018 et 2019, a beaucoup évolué. Il est maintenant « à point », estiment Karine et Sarah, qui espèrent qu’il pourra se promener encore davantage l’an prochain. Au trio de chanteuses qu’elles forment avec leur mère s’est ajouté leur sœur aînée, Annie, qui a de toute évidence hérité du bagou et du sens du punch de son père. C’est donc elle qui a la tâche de raconter les anecdotes de famille entre les prestations musicales – quoiqu’elle participe aussi à quelques numéros. « Je suis déjà méga fan d’elles ensemble, alors j’ai pu rentrer dans le show avec une crow bar…, raconte Annie. Ça devient de cool souvenirs de Noël, et c’est une façon de passer du temps avec maman sans qu’elle se sente coupable de ne pas être en train de travailler pour une cause ou quelque chose. »

Privilège

PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

Judi Richards, Yvon Deschamps et leur petite-fille Camille Chavez-Deschamp

Tout le monde a été mis à profit pour le spectacle. Même Camille, 13 ans, la fille d’Annie, qui travaille en coulisse alors que ses cousines montent sur scène. « Elle venait déjà aux répétitions avec sa mère, elle voulait faire quelque chose », raconte Judi. « Mais elle ne voulait pas chanter », ajoute Yvon. « En fait, elle chante dans le dernier numéro et elle fait aussi la chorégraphie, souligne Judi. Mais on lui a demandé d’être à la régie. On a besoin de quelqu’un qui apporte la guitare de Karine, qui change les tabourets de place, qui apporte les accessoires… Elle fait tout ça et elle fait bien ça ! »

PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

Yvon Deschamps s’occupant du service de la pizza pour ses petites-filles

La pizza est arrivée, et c’est Yvon Deschamps qui s’occupe du service. Pour l’humoriste, c’est clair : pas question de rester chez lui pendant que toute la famille est ensemble. Il les accompagne donc pour chaque représentation. « J’aime tellement ça, ça n’a pas de bon sens. Il y a tellement de gens de mon âge qui sont isolés, seuls, malades… Moi, je suis encore en santé, j’ai le privilège d’avoir toute ma famille avec moi. C’est fantastique. » Pas question non plus de regarder le spectacle de la salle : c’est sur le côté de la scène, en coulisse et le plus près possible, qu’il préfère tout observer.

Joie et fierté

PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

Judi et Yvon, toujours complices

Judi Richards et Yvon Deschamps s’amusent beaucoup : des écharpes datant de l’époque de Samedi de rire sont utilisées comme accessoires, nous montrent-ils. Pour Judi, ce spectacle qui la fait « pleurer de joie et de fierté » est le résultat de plusieurs années de travail. « Il y a des affaires dans la vie, des fois c’est difficile, on pousse, on pousse… Mais les meilleures affaires arrivent quand c’est supposé arriver. Alors, quand la porte s’ouvre, c’est là. On dirait que tout tombe en place. »

Sans prétention

PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

Yvon Deschamps suit le spectacle des coulisses.

Le spectacle s’ouvre, sous le regard d’Yvon Deschamps. Il n’y a rien de prétentieux ici, les harmonies sont belles, les accompagnements de Monique Fauteux, sobres, les chorégraphies, enthousiastes, et la famille nous fait entrer dans son intimité avec simplicité. Annie nous raconte une messe hilarante, il y a de jolis medleys liés à leurs souvenirs d’enfance – de la musique trad, des cantiques de Noël, des chansons de films présentés à Ciné-cadeau et même… du François Pérusse ! Et les chansons originales reflètent bien la complicité, et surtout l’amour, qui circule sur scène.

Difficile de résister à l’émotion de Judi, qui étouffe un sanglot, tout à coup incapable de chanter dans une pièce où elle témoigne de son amour inconditionnel pour ses filles. « Ben voyons, maman ! », lance Sarah, qui ajoute doucement : « C’est vrai qu’on a la maman la plus cute. » Impossible de ne pas remarquer son regard fier lorsque l’une d’entre elles chante en solo, leur tendresse réciproque lorsqu’elles se regroupent toutes les quatre au centre de la scène. Et l’arrivée des deux filles de Karine, Luna et Alba, est aussi sympathique que craquante – le duo entre Alba et sa grand-mère Judi, numéro de claquettes inclus, est franchement irrésistible.

  • Judi Richards sur scène

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

    Judi Richards sur scène

  • Karine Deschamps, qui a écrit la plupart des chansons originales du spectacle

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

    Karine Deschamps, qui a écrit la plupart des chansons originales du spectacle

  • Annie Deschamps raconte de nombreuses anecdotes familiales.

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

    Annie Deschamps raconte de nombreuses anecdotes familiales.

  • Le trio de chanteuses formé par Judi Richards, Karine et Sarah Deschamps

    PHOTO DOMINICK GRAVEL, LA PRESSE

    Le trio de chanteuses formé par Judi Richards, Karine et Sarah Deschamps

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

« C’est comme ça que ça se passe Noël chez les Deschamps / et c’est comme ça aussi chez vous », chantent Judi, ses filles et ses petites-filles à la fin de ce spectacle accueillant et joyeux. Dans le fond, c’est ça, l’esprit de Noël : beaucoup d’amour et de joie de vivre à partager. Disons que c’est réussi, et Yvon et Judi ont bien raison d’être fiers.

Consultez la page du spectacle