Tout juste sacrée interprète féminine de l’année à l’ADISQ, Roxane Bruneau s’apprête à faire sa grande rentrée à Québec et à Montréal. Nous avons suivi la chanteuse la plus populaire du moment lors de son spectacle-rodage à L’Étoile de Brossard, mardi.

Publié le 27 nov. 2021
Josée Lapointe
Josée Lapointe La Presse

Investie

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE

Roxane Bruneau entourée du bassiste Marco Desgagné et du directeur musical et guitariste Mathieu Brisset pendant le test de son

Fin d’après-midi mardi, Roxane Bruneau, casquette à l’envers sur la tête, fait son test de son avec ses musiciens. Sur la scène de L’Étoile, très belle salle située dans le quartier DIX30 à Brossard, l’ambiance est agréable, mais surtout concentrée. Car contrairement aux artistes qui passent par cette étape surtout technique de manière légère, Roxane Bruneau s’investit dans chaque chanson. Tout le temps.

« C’est parce que si je ne me connecte pas avec ce que je dis, ma toune devient moyenne et c’est plate. Je fais ça pour me placer, pour savoir où je me situe dans ma tête, dans mon cœur », analyse l’autrice-compositrice-interprète, qu’on a retrouvée ensuite dans sa loge pour discuter un peu. Elle précise sa pensée.

Je ne suis pas une chanteuse à voix, moi. Je ne fais pas des notes qui vont impressionner les gens. Il y a 100 filles à Brossard qui chantent mieux que moi, tu comprends ? C’est la performance du cœur qui va impressionner les gens.

Roxane Bruneau

C’est justement pour son authenticité que le public s’est attaché à Roxane Bruneau, qui est devenue une véritable vedette populaire pendant la pandémie. « On me voit partout, je sais, c’est gossant ! », dit celle qui a lancé son premier album en 2017 après avoir été découverte sur YouTube, et qui a mis du temps avant de se sentir à sa place dans le milieu de la musique.

Aujourd’hui, pour une récolte de quatre Félix (sur quatre sélections) et 40 000 exemplaires vendus de son deuxième album Acrophobie, sorti il y a un an, elle aimerait bien prendre dans ses bras la Roxane de ses débuts en lui disant : « Tout va bien aller, tu as bien fait de lâcher ta job. » Mais si elle voit bien que son public a changé, elle ne sait pas vraiment comment l’expliquer.

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE

Roxane Bruneau, concentrée pendant son test de son

« J’ai commencé avec juste des lesbiennes à calotte dans mes salles. C’est vrai, c’était toutes des filles comme moi ! Mais là, ça n’a pas de sens, il y a des messieurs et des mesdames qui viennent avec leurs enfants, leurs ados. Ça me fait capoter de voir l’éventail d’âge. Je suis encore en train de décortiquer ça dans ma tête. Je n’ai pas compris, mais ils sont là, et c’est l’fun. »

Préparation

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE

Roxane et son chien Paco

Dans sa loge, Roxane Bruneau prend dans ses bras son chien Paco, qui l’accompagne partout en tournée. « C’est comme une balle antistress, de la zoothérapie pure et dure. Pas juste pour moi, pour les musiciens aussi ! Ça change la vibe. »

Après un an et demi d’arrêt, Roxane Bruneau vient de reprendre la route : le spectacle de Brossard est seulement son sixième, et la chanteuse doit littéralement réapprendre la scène. Et le faire mieux en fait, puisque son année 2022 sera consacrée essentiellement aux spectacles.

Pendant sa précédente tournée qui a duré trois ans, raconte-t-elle, elle ne faisait pas attention à elle. Elle a pris cette fois de bonnes résolutions. « Là je vais essayer de faire du sport, je vais rester tranquille les jours de spectacle. Et je vais arrêter d’aller au restaurant tout le temps. Avant, c’était matin-midi-soir ! Je n’étais pas en forme. »

D’ailleurs, pendant que ses musiciens vont souper au resto, Roxane Bruneau reste dans la loge pour manger le lunch qu’elle s’est préparé. « C’est une question de respect du public. Tu dois être là physiquement et mentalement sur scène. Même un mardi. Il faut tout le temps que ce soit égal. »

Stress

  • Le batteur Olivier Savoie-Campeau s’amuse avec Roxane Bruneau.

    PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE

    Le batteur Olivier Savoie-Campeau s’amuse avec Roxane Bruneau.

  • Prête à foncer

    PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE

    Prête à foncer

  • La chanteuse fait une story Instagram avant le spectacle.

    PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE

    La chanteuse fait une story Instagram avant le spectacle.

  • Les préparatifs d’avant-spectacle

    PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE

    Les préparatifs d’avant-spectacle

  • Paco veille au grain.

    PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE

    Paco veille au grain.

  • Roxane Bruneau et le guitariste et réalisateur Mathieu Brisset, son complice depuis ses débuts

    PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE

    Roxane Bruneau et le guitariste et réalisateur Mathieu Brisset, son complice depuis ses débuts

1/6
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une demi-heure avant le spectacle, Roxane Bruneau retrouve son équipe. Elle ne cache pas son stress, mais les musiciens s’amusent entre eux et la taquinent : l’esprit est joyeux et bon enfant, à son image de fille qui ne se prend pas au sérieux. Elle ne peut s’empêcher de sourire, de faire un chassé-croisé de photos avec son batteur Oliver Savoie-Campeau et le photographe de La Presse, et de placoter un peu. Mais on sent que le hamster tourne dans sa tête.

« Je serai toujours stressée avant un spectacle. Je pense que ça n’arrêtera jamais », confie-t-elle. C’est beaucoup la peur de se tromper et « l’angoisse du service après-vente » qui tenaille cette anxieuse chronique, qui oscille constamment entre l’humilité et l’ambition. « Je veux que les gens aiment ça. » Mais elle sait aussi... qu’elle ne sait rien faire d’autre.

« Une chance que j’ai trouvé ça. Autant ça me terrorise et me paralyse, autant, quand je suis chez nous, je trouve que ça manque d’action. Je carbure à ça. Cette semaine, j’avais hâte de venir à Brossard ! Surtout que c’est mon coin, je viens de la Rive-Sud. »

L’envol

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE

Roxane Bruneau, le batteur Olivier Savoie-Campeau, le guitariste Mathieu Brisset, le bassiste Marco Desgagné et la claviériste Jo-Annie Bourdeau : un petit moment d’encouragement d’équipe avant de monter sur scène

Dix minutes avant le début du spectacle, les musiciens et techniciens font la planche « pour se donner du tonus ». On se fait un dernier signe de ralliement avant de monter sur scène, sous les tonnerres d’applaudissements et les cris du public.

Son premier spectacle, Roxane Bruneau l’avait conçu de manière, disons, artisanale. Ses concerts, à ses débuts, duraient même des heures !

« C’était niveau band de garage. On n’avait rien de préparé, on n’avait même pas de producteur de spectacle. Et je n’avais jamais eu une cenne dans la vie, alors je n’avais jamais vu de shows ! C’était comme... je ne sais pas ce que je vais aller faire là, mais on va essayer. »

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE

Roxane Bruneau a conçu la scénographie, la mise en scène et la majorité des projections de son nouveau spectacle.

Elle a développé son propre langage, a appris à « être le maître de la scène » et à prendre le public par la main, et après trois ans de tournée, elle connaît davantage son métier. Pour son nouveau spectacle, forte de son statut de vedette et de son expérience, la chanteuse a travaillé pendant des mois à concevoir elle-même une mise en scène et une scénographie plus raffinées.

Mais elle a failli se perdre en chemin.

Les deux premières représentations, j’étais anéantie. Je pensais que ma carrière était finie, je ne sentais pas le pouls du public. Puis j’ai réalisé que tout partait de moi. Je m’étais mis de la pression pour que ça roule carré, et ça fait que je suis rentrée sur la scène dans ma tête, au lieu d’être dans mon cœur.

Roxane Bruneau

Roxane Bruneau a compris que même dans un contexte plus professionnel, c’est en étant elle-même, spontanée et directe, et non en planifiant chaque détail, qu’elle réussirait. « Au troisième show, je me suis dit : “J’y vais comme je veux.” Quand je suis sortie de scène, j’ai pleuré de joie. Les gens viennent me voir moi, pas une parodie de moi-même. »

Le spectacle

  • Roxane Bruneau parle beaucoup au public.

    PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE

    Roxane Bruneau parle beaucoup au public.

  • Une vue d’ensemble du spectacle

    PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE

    Une vue d’ensemble du spectacle

  • La chanteuse en performance

    PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE

    La chanteuse en performance

  • Un public fervent

    PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE

    Un public fervent

  • Une chanteuse investie

    PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE

    Une chanteuse investie

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Roxane Bruneau s’est fait connaître non seulement par ses chansons, mais aussi par son humour qui n’a rien à envier à celui de nombreux humoristes. Son spectacle est truffé de gags déjà écrits vraiment drôles, et en plus la chanteuse n’hésite jamais à digresser – elle dit littéralement tout ce qui lui passe par la tête. Elle a la bouche sèche à cause de la sauce soya ? Elle a de la difficulté à trouver son pied de micro dans le noir ? Une anecdote vécue dans un stationnement lui revient en mémoire ? Elle le dit, avec un penchant certain pour l’autodérision, et fait mouche à tout coup.

Ainsi, le spectacle qui devait durer 1 h 40 min a dépassé ce temps de 20 bonnes minutes, au plus grand plaisir du public qui en redemande. Cette légèreté fait un contrepoids parfois surprenant aux propos de ses chansons, pas mal plus sombres, mais elle fait aussi du bien.

Pour alléger le spectacle, Roxane Bruneau n’hésite pas non plus à inclure des chansons absurdes écrites « avec » les internautes. Mais il y a aussi des pièces moins connues de son répertoire qui s’accordent avec l’histoire qu’elle veut raconter, entrecoupées de succès que tout le monde chante à tue-tête, malgré les masques. Acrophobie, titre de son album qui signifie avoir la peur des hauteurs, est le fil conducteur de ce spectacle intense comme l’interprète, qu’on sent parfois manquer de souffle dans ses fins de phrase, mais dont la présence et le charisme sont indéniables.

PHOTO PHILIPPE BOIVIN, COLLABORATION SPÉCIALE

Roxane Bruneau fière de ce qu'elle offre à ses fans

Elle a raison, en fait : tout est dans l’intention qu’elle y met et non dans la technique – Roxane Bruneau fait même parfois le fameux signe de cœur au public en chantant. Et termine le spectacle après avoir interprété ses hymnes À ma manière et J’pas stressée, et nous salue avec l’air épuisé de celle qui a tout donné, avec son cœur immense et son désir de garder les deux pieds sur terre.

« J’ai tellement peur d’oublier qui je suis, nous disait-elle plus tôt. Je dis toujours au monde autour de moi : si vous me voyez décoller du plancher, ramenez-moi. »

C’est ça, la manière Roxane Bruneau.

Consultez le site web de Roxane Bruneau pour les dates de spectacle