Nous avons organisé une rencontre entre l’une des vedettes de la rentrée, Mariana Mazza, et deux amatrices de culture, Valérie Marchaland et sa fille Florence. Compte rendu d’un joli moment.

Josée Lapointe
Josée Lapointe La Presse

« Je pense que c’est le plus bel avant-midi de ma vie. »

Florence, 14 ans, bientôt 15, observe la séance de photos avec attention et sourit beaucoup derrière son masque. Devant l’objectif du photographe de La Presse, Mariana Mazza, habituée des shootings – « J’aime beaucoup ça » –, donne des conseils à Valérie, un peu intimidée par l’ampleur du processus.

« Il faut que tu sois à l’aise dans ton corps ! Mets ta main sur ton coude et laisse-la descendre le long de ton bras. Pousse tes cheveux derrière ton oreille ! »

L’humoriste et comédienne sait ce qu’elle veut – et ne veut pas – en matière de poses. Mais elle souhaite surtout que Valérie paraisse le mieux possible sur la photo qui sera publiée. Observatrice et pleine d’attention, elle fera preuve de la même sollicitude quand ce sera au tour de Florence d’entrer dans le cadre.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Valérie Marchaland, sa fille Florence et Mariana Mazza

Tout ce beau monde s’est retrouvé au studio de La Presse vendredi avant-midi. La conversation s’engage vite : Mariana Mazza, qui tourne en ce moment dans Lignes de fuite, adaptation de la pièce de Catherine Chabot, leur raconte ses journées chargées, entre le plateau de cinéma et les spectacles qui recommencent tranquillement.

Valérie et Florence, elles, sont allées au cinéma le week-end dernier pour voir Maria, premier film de Mariana Mazza en tant que scénariste, qui est sorti le 20 août.

« C’était génial, j’ai trop ri », lance Florence. « On est allées le voir avec mon chum et ma fille la plus jeune, et on s’est tapé les cuisses tout au long », ajoute Valérie. « C’est un bon film pour la famille, je trouve », dit Mariana Mazza.

Modèle

Après la séance de photos, la discussion reprend, plus animée. Comment Valérie et Florence se sentent-elles en présence d’une artiste qu’elles apprécient autant ?

« C’est vraiment le fun ! »

« On doit te le dire souvent, Mariana, mais je te le dis quand même, commence Valérie. J’aime ta liberté, ta transparence. Je trouve ça inspirant pour des jeunes comme Florence, qui a un TDAH [trouble du déficit de l’attention avec hyperactivité]. Des fois, elle peut être hyper exubérante, et je le vois dans les yeux des autres qu’ils trouvent ça trop, alors que c’est sa personnalité et que c’est correct. Je trouve que ce que tu amènes dans le paysage culturel, et de façon plus vaste encore, c’est un vent de fraîcheur. »

« C’est fin », dit Mariana Mazza. Très sérieuse, elle s’adresse à Florence. « Être exubérant, c’est correct, mais il faut toujours être conscient des autres. »

Avec le temps, explique l’humoriste, elle a compris qu’on pouvait faire attention aux autres en essayant de comprendre pour quelle raison on les dérangeait… sans pour autant se dénaturer. Son conseil à Florence : ne jamais perdre son exubérance à cause des autres.

« Ce n’est pas facile de s’assumer, de parler fort. Ce n’est pas facile pour les autres, pas pour nous ! Après, tu peux t’excuser, mais si la personne ne fait rien pour prendre sa place, tu ne peux pas te “dimmer” non plus. Sinon, tu vas juste passer ta vie à vouloir plaire aux autres. Ça doit être dur pour toi ; pour moi, ç’a été difficile toute ma vie. Mais utilise cette énergie. »

Être un modèle pour plein de gens qui se reconnaissent dans sa spontanéité, Mariana l’assume de plus en plus. Mais, nous explique-t-elle, c’est dans son art, et non dans les discours, qu’elle préfère porter ce statut.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Mariana Mazza

Dans Maria, on parle de grossophobie. Les gens me disent : “Tu devrais prendre position !” Mais, moi, je le fais à ma façon, avec ce genre de scènes. Pas besoin de le crier. Je peux te faire rire avec des sujets, et toi, tu essaies de trouver un deuxième degré là-dedans.

Mariana Mazza

Valérie, qui a vu le film Femme ta gueule, adaptation du premier spectacle de Mariana Mazza, renchérit.

« Dans le film, il y a une capsule sur les personnes âgées… Je travaille pour une entreprise qui a des résidences pour aînés. Je t’entendais leur parler dans le film, je sais que ç’a frisé des oreilles, mais c’est la réalité : ce n’est pas parce que tu as 75 ans que tu n’as plus de vie sexuelle ! J’ai trouvé ça tellement drôle ! »

Mariana Mazza est d’accord : selon elle, il faut parler à tout le monde de la même manière, dans le respect, la gentillesse et la bienveillance. C’est probablement pour cette raison que son public ratisse large, dans toutes les générations.

« On a tendance à infantiliser les personnes âgées, comme les ados ! Mais elles ont une vie sexuelle. Les ados aussi ont une vie sexuelle. »

Tout le monde rit autour de la table.

« Tu as quel âge, Florence ? demande Mariana.

– 14 ans. 

– Ben, c’est ça. Tu as 14, 15, 16 ans. Ce serait stupide de notre part, en 2021, alors qu’on est en train de te former pour devenir une adulte dans cette société, de te dire que : “Oh, la sexualité ça n’existe pas !” Comme je trouve stupide qu’encore aujourd’hui, il y a des gens qui trouvent que le mot “menstruation” est vulgaire. Stupide et aberrant. »

Mariana s’enflamme un peu, beaucoup, ajoute que « ce n’est pas normal qu’on se mette toujours à chuchoter quand on parle de ménopause ».

« Comme si tout ce qui est féminin était dégueu, et que le masculin était viril pis le fun. En tout cas, je ne veux pas m’emporter, là… »

Alors, parlons donc de sa rentrée ! Valérie et Florence n’ont pas encore acheté de billets pour son nouveau spectacle, Impolie, qu’elle a déjà commencé à présenter. Mariana Mazza sourit.

Mais ne venez pas tout de suite ! Attendez que l’école ait commencé, que Florence ait des récompenses pour ses bonnes notes. Voyez-le comme un cadeau !

Mariana Mazza

Le spectacle, précise Mariana Mazza, est encore pour les 16 ans et plus. Mais c’est surtout dans le but d’éviter les mauvaises surprises.

« Florence, tu vas aimer ça. Il est un peu plus… 

– Hardcore ? demande Florence.

– Non, pas hardcore. Il est plus… drôle. Plus impoli !

– Comme dans Femme ta gueule 

– Non, c’est plus… Dans Femme ta gueule, il y avait des sujets grand public. Là, il n’y a aucun numéro dans ce show qui va aller à la télé, mettons. »

Explorer

Retardé d’un an à cause de la pandémie, le spectacle Impolie sera présenté un peu partout au Québec jusqu’à l’été 2022. Mais aucune supplémentaire n’est prévue au-delà d’environ une centaine de représentations. « Et ça se peut que la suite, Polie, arrive dans quelques années seulement. »

L’humoriste a envie de se diversifier et de prendre son temps. Par exemple, alors qu’elle incarne un rôle principal dans Lignes de fuite, dont le tournage se termine bientôt, elle aimerait bien continuer à explorer le métier de comédienne.

« J’aime ça, le cinéma, mais j’aime mieux la scène. 

– Ah oui, pourquoi ? Le contact avec le public ? demande Valérie.

– Non, parce que c’est long ! On se lève tôt, il y a beaucoup d’attente… »

Florence intervient.

« Et pendant le tournage de Maria, comment c’était, jouer avec des ados ? 

– C’était tellement le fun ! Ils sont relax, ils sont cool. Ils se sentaient en confiance. 

– En tout cas, je me suis reconnue dans beaucoup de choses. Quand tu as pitché le téléphone, j’étais en train de mourir ! Ce n’est pas tous les profs qui le font… 

– Mais beaucoup y pensent, coupe Mariana.

– Et les parents aussi ! », complète Valérie.

C’est le temps de se laisser. Mariana propose de prendre un égoportrait avec elles, les invite à venir la voir en spectacle bientôt, les serre dans ses bras. Valérie et Florence la regardent s’en aller.

« Elle est tellement authentique, glisse Valérie. Mais je ne suis pas étonnée. Elle est exactement comme on se l’imagine. »

Le moment a été parfait, et la mère et la fille s’en souviendront longtemps. « C’est tout un cadeau que vous nous avez fait. » On pourrait le dire dans l’autre sens aussi.

Les dates de la tournée Impolie sont sur le site de Mariana Mazza. Le film Maria est à l’affiche. Le film Lignes de fuite, coréalisé par Miryam Bouchard et Catherine Chabot, sortira en 2022.

Consultez le site de Mariana Mazza