C’est avec le thème « Une saison des possibles » que l’Agora de la danse lance sa programmation en salle cet automne.

Iris Gagnon-Paradis
Iris Gagnon-Paradis La Presse

Au menu, trois propositions de chorégraphes féminines en vue pour ouvrir les champs des possibles et rêver grand. Andrea Peña ouvre la saison le 15 septembre avec sa pièce 6,58 : Manifesto, où neuf interprètes et une chanteuse soprano interrogent les codes qui nous gouvernent, dans un manifeste en trois tableaux porté par une grande physicalité.

Présentée au dernier FTA, la renversante pièce La Goddam Voie Lactée, par l’inimitable Mélanie Demers, revient sur scène début octobre. Cinq interprètes – quatre danseuses et la chanteuse Frannie Holder – y livrent une puissante charge féminine qui marie danse, théâtre et concert aux accents rock. Un évènement à ne pas manquer.

Lisez notre critique de La Goddam Voie Lactée au FTA

Fin octobre, Lina Cruz marie également sur scène cinq danseurs et un musicien dans Morphs, une pièce qui veut éclairer les rouages secrets de la psyché humaine en plongeant dans l’univers d’être objets peuplant un monde parallèle responsable de notre imagination et folie. Une écriture espiègle, qui plonge autant dans l’absurde que la fantaisie.

Consultez le site web de l’Agora de la danse